Edimbourg : nos histoires de fantômes préférées (et une nouvelle visite guidée)

Edimbourg est une ville très vivante et accueillante où il y a des milliers de choses à voir, à faire. Mais elle cache en réalité nombre de légendes vraiment glauques, d’histoires effrayantes basés sur des faits réels, de hantises bien présentes, et de mystères encore inexpliqués.

Voici les histoires de fantômes qu’Emilie, l’auteure de cet article, préfère. Elle les partage sur French Kilt à l’occasion du lancement de sa visite guidée intitulée « Les fantômes d’Edimbourg ». Tout l’été, Emilie vous fera découvrir les légendes les plus glauques de la ville et vous initiera aux techniques de « chasse aux fantômes », dont elle est friande. Ca se passe le vendredi et le samedi soir à 20h pour les visites publiques, et tous les soirs de la semaine en visite privée. Ames sensibles s’abstenir !

Si vous voulez suivre cette visite guidée lors de votre prochain passage à Edimbourg, il suffit de suivre ce lien…
 Cliquez ici pour réserver

 

Le spectre de la petite Annie à Mary King’s Close

The Real Mary King’s Close, sous le Royal Mile, est un véritable dédale de labyrinthes et de ruelles étroites souterraines qu’il est possible de visiter. A l’époque, Mary King’s Close était une rue longiligne pleine de vie, au coeur de la vieille ville. Elle porte le nom de « close », ces ruelles typiques qui rejoignent le Royal Mile, l’avenue principale du centre-ville. Ces closes sont traditionnellement sombres et étroits, un peu comme les traboules à Lyon.

Edimbourg est une ville qui a dû se développer en hauteur et non en largeur : les riches étaient installés aux étages des immeubles, à la lumière et à l’abri des odeurs pestilentielles de la rue, les plus pauvres restaient dans les bas étages et dans les caves. Dans la rue, les déchets et autres excréments jonchaient le sol constamment car il n’y avait pas de système d’évacuation des eaux usées : tout passait simplement par les fenêtres. Les rues étaient également infestées par les rats, souvent porteurs de maladies, telles que la peste, ce qui fut un problème constant.

A la moitié du 18ème siècle, la municipalité a décidé de condamner ce close en particulier pour y construire les City Chambers, encore en usage aujourd’hui. Certains disent que les malades de la peste furent pris en charge par la ville et mis en quarantaine, à l’abri. Sauf que… Une toute autre version est racontée, beaucoup plus lugubre : les habitants de Mary King’s Close, malades ou pas, auraient été emmurés vivants. Glaçant.

Le temps passe, la vie reprend ses droits… Jusqu’à ce qu’un passage vers les closes fut découvert en 2003. Des visites sont alors organisées pour le public, faisant exploser le nombre de rapports de phénomènes paranormaux.

L’histoire la plus connue est sans doute celle du spectre de la petite Annie.

Annie, c’est le fantôme d’une fillette qui pleure car elle est perdue dans les dédales du close. Si vous visitez Mary King’s Close, vous verrez une pièce entière qui lui est dédiée, car c’est là qu’elle a été aperçue la première fois. Cette pièce est maintenant remplie du sol au plafond par des peluches et des poupées, ramenées par les visiteurs, pour tenter de consoler la petite Annie.

Selon votre état d’esprit, vous pouvez trouver cette démarche soit adorable et mignonne, soit carrément glauque et terriblement triste…

Mister Boots, sous les voûtes de South Bridge

Sarah avait déjà parlé des souterrains de la ville et du pont de South Bridge dans cet article, que je vous invite à lire si ce n’est déjà fait…

Edimbourg, du côté des souterrains

Dites vous bien que lorsque vous vous baladez dans la vieille ville, il y a sous vos pieds plusieurs couches d’histoire.

Comme nous l’avons vu plus haut, la ville est donc construite sur plusieurs niveaux, et les Vaults sont les souterrains réputés les plus hantés de la ville. A juste titre j’ai envie de dire…

Je peux effectivement en parler de façon très personnelle puisque avec des amis, nous nous sommes enfermés seuls dans ces souterrains pendant une nuit…

Drôle d’idée ! J’ai d’autres passions moins étranges, mais toutes ces légendes, toutes ces histoires de fantômes, de poltergeist (esprit frappeur), basées sur des faits réels, me passionnent. Encore ce midi, j’ai discuté avec un Monsieur charmant, pur Edimbourgeois, qui me recommandait de bien ouvrir l’oeil la nuit car dans ma rue, près de Grassmarket le fantôme d’un magicien peut être aperçu…

Mais revenons en à ce fameux Mister Boots.

Ce poltergeist colérique et maniaque a élu domicile dans les Vaults. Il est décrit dans de nombreux rapports comme un homme barbu aux cheveux longs qui porte un long manteau sombre et de grosses bottes bien lourdes.

Il était, paraît-il, chargé d’allumer les bougies dans une partie des Vaults, mais c’est aussi, selon les rumeurs, un assassin qui aurait conservé le cadavre de la jeune femme qu’il a tué dans un coin de l’une des caves. Appétissant. Si par mégarde vous vous approchez de cet endroit, il va s’énerver et jeter des pierres à travers la pièce ! Si vous gardez le silence, il se peut que vous l’entendiez se déplacer avec ses grosses bottes.

Il est également rapporté que dans le coin de ce caveau, les personnes s’y trouvant ressentent d’un coup un courant d’air si glacé qu’elles s’évanouissent et font un malaise tellement la douleur est intense. Ceux d’entres vous qui ont soif de sensations fortes et se sentent le courage de venir faire l’expérience d’un Ghost Tour avec moi pourront écouter les enregistrements que nous avons obtenus, mes amis et moi, lorsque nous nous sommes enfermés seuls dans les Vaults… Mister Boots était bien là, parmi nous, et c’est à vous glacer le sang !

The Drummer Boy, le petit batteur de tambour

Cette histoire est ma préférée, car même si ce n’est pas la plus connue, lorsque je l’ai découverte, j’avais les larmes aux yeux, elle m’a beaucoup touchée.

L’histoire du « Drummer Boy » (le petit batteur de tambour), commence au tout début du 19e siècle, lorsqu’un minuscule tunnel est découvert sous les donjons de la forteresse du château d’Edimbourg. Le conseil de la ville veut alors absolument savoir jusqu’où il mène, mais l’entrée est tellement exiguë pour accéder sous terre qu’aucun homme ne peut s’y faufiler.

Le conseil alla donc se fournir en gamins orphelins qui trainaient dans la rue, pour faire la sale besogne. Pour pouvoir suivre l’avancée du premier gamin sous terre, il lui fût remis un tout petit tambour, il devait l’utiliser tout au long de sa progression souterraine. Le petit se glissa donc à travers ce minuscule trou sous terre, froid sombre et humide, et se mit à avancer sous terre tout en tapant sur son tambour de façon frénétique, et de plus en plus fort, sans doute pour tenter de se rassurer… Puis d’un coup, plus rien : silence total.

Sans ciller, le conseil de la ville alla chercher un autre pauvre petit orphelin dans les rues voisines, lui remit à lui aussi un tout petit tambour et c’était reparti pour l’exploration. Là encore , même scénario et toujours au même endroit, d’un coup, plus aucun bruit de tambour. Et encore et encore, et encore, on ne sait pas combien de petits on eu le même destin tragique, tous les petits tambours s’arrêtaient de battre au même endroit : sous Tron Kirk, plus bas sur le Royal Mile.

Le conseil de la ville, bien que ne se souciant guère des ces orphelins décida quand même au bout d’un moment de stopper le massacre, et pris la décision, à regret, de sceller à jamais l’entrée maudite de ce tunnel. Aujourd’hui, nous ne savons toujours pas jusqu’où mène ce tunnel, si il existe encore, ni pourquoi tous ces petits y ont trouvé la mort subitement au même endroit.

Cependant, certaines nuits, quand le trafic de la ville est moins dense, on raconte que l’on peut encore entendre les petits tambours. On raconte également que le fantôme sans tête d’un des petits hante l’entrée du château et qu’il est de mauvaise augure, annonçant une catastrophe imminente.

Il y en a encore beaucoup d’autres et je me tarde déjà de toutes vous les raconter.

Et vous quelle est votre préférée ? Laissez nous vos commentaires !

Waverley

Waverley

Une question ? Une déclaration d'amour ? Une proposition de partenariat ? Venez sussurer à notre oreille sur contact@frenchkilt.com <3
Waverley
Written By
More from Waverley

3 Comments

  • J’adore les histoires de fantômes à Edimbourg ! Je crois bien que je me laisserai tenter par la visite guidée lors de mon prochain passage. 😀 xx

  • Elles sont géniales ces histoires. J’ai fait une visite quand je suis venue il y a quelques mois, nous sommes allés dans les Vault et au cimetière c’était super

  • J’adore ces histoires de fantômes ! Ma préférée est celle du petit batteur de tambour. Je me demande bien où ces petits orphelins ont fini.. Surtout qu’aucun n’est retourné de cet endroit. Si un jour je visite Edimbourg, je me laisserais bien tenter par une visite des Vaults et autres endroits chargés d’histoire (et de légendes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *