En 2020, avec l’approche du Brexit et les conséquences de la pandémie de Covid-19, les questions sur l’expatriation en Ecosse n’ont cessé de se multiplier. Problème : je ne peux pas répondre par un texte détaillé à chaque personne car je m’occupe de ce site toute seule. J’ai donc réuni les points principaux ici et je vous invite à rejoindre le groupe Facebook « Expatriation en Ecosse – Groupe d’entraide » pour partager votre projet et poser vos questions. Il y a une communauté de francophones vivant en Ecosse et de personnes préparant leur expatriation avec qui vous pourrez échanger. Je vous encourage aussi à suivre le podcast Ecosse Toujours que je coanime avec Assa de Kiltissime, car nous parlons souvent de l’expatriation en Ecosse. Par ailleurs, je vous rappelle que French Kilt a déjà une rubrique « S’expatrier en Ecosse » bien fournie, avec notamment une « check-list » qui peut vous aider.

Ne pas traîner avec les démarches pour l’expatriation en Ecosse

Je suis très  touchée par les histoires de ceux qui projettent de déménager en Ecosse. Il y a cinq ans, j’ai eu ce même rêve. A l’époque, il n’y avait aucun frein : pas de Brexit, pas de pandémie… C’est pourquoi j’ai envie d’apporter le maximum d’éléments et d’infos vérifiées à ceux qui ont ce rêve aujourd’hui. Tous les éléments de réponse apportés dans cet article seront sourcés et mis à jour quand ce sera nécessaire.

Mon conseil, pour ceux qui le peuvent : déménagez avant le 31 décembre 2020, et dès que vous êtes là, demandez directement votre National Insurance Number (inutile de le demander avant d’arriver), prenez une carte SIM et/ou un abonnement téléphonique, insistez pour avoir votre nom sur le bail et la council tax, inscrivez-vous chez le docteur. En gros : faites toutes les démarches comme s’il n’y avait pas de Brexit mais… faites-les sans traîner, pour pouvoir prouver votre présence facilement !

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de la publication de nouvelles informations. Toutes les infos listées ici sont sourcées et vérifiées.

Questions sur l’expatriation en Ecosse avec le Brexit

Qu’est-ce que la « période de transition » ?

Le Brexit, ça a été une sacrée saga depuis le référendum, en 2016. En octobre 2019, le Brexit avait été une nouvelle fois repoussé au 31 janvier 2020. Un accord de retrait, lui aussi signé entre l’UE et le Royaume-Uni en octobre 2019, prévoyait une période de transition allant du 1er février au 31 décembre 2020.

Durant cette période de transition, le Royaume-Uni n’est plus un état membre de l’UE mais rien ne change pour les citoyens et les entreprises, comme le détaille ici la Commission Européenne. Une extension de la période de transition aurait dû être décidée par l’UE et le Royaume uni avant le 1er juillet 2020. C’est maintenant trop tard.

Sans extension, la libre circulation des biens et des personnes cessera au 31 décembre 2020.

brexit edinburgh
Souvenir d’une manifestation anti Brexit à Edimbourg…

Quelles seront les nouvelles règles migratoires au Royaume-Uni, à partir du 1er janvier 2021 ?

En février 2020, le gouvernement britannique a dévoilé ses propositions pour un nouveau système migratoire, qui serait mis en place dès le 1er janvier 2021 (s’il n’y a pas d’extension de la période de transition du Brexit). Ce dispositif n’était pas surprenant : le message central du Brexit était de réduire les flux migratoires.

Le gouvernement veut mettre en place un système de « permis à points ». Selon votre situation, votre expérience, vos qualifications, si vous avez ou non une promesse d’embauche au Royaume-Uni, vous aurez plus ou moins de points. Si vous atteignez le minimum requis, alors, vous pourrez vous installer sans peine. Le salaire annuel minimum requis serait d’environ 30 000 euros, soit 25 000 livres, ce qui est élevé. Pour comparaison, le salaire d’une personne travaillant dans la restauration oscille entre 15 et 18 000 livres par an. Parler anglais sera aussi un prérequis pour obtenir ce visa.

Une taxe supplémentaire de £400 par an pourrait être imposée aux migrants européens –  comme c’est déjà le cas pour les migrants extra-européens – afin de financer la NHS, le système de santé britannique. Il faudra regarder de plus près en quoi les droits des migrants européens changeront à partir de 2021.

J’en profite pour rappeler que pour les voyageurs, rien ne change. On peut toujours, pour le moment, voyager au Royaume-Uni avec son passeport ou sa carte d’identité, sans visa. La limite devrait être fixée à six mois. Je n’ai pas encore de confirmation précise quant au volontariat ou au wooffing sur cette période mais je prévois de publier prochainement sur le sujet.

Je vous recommande la lecture de cet article du Monde qui résume la proposition de loi. L’article entier est réservé aux abonnés, c’est peut-être le moment de sauter le pas !

Je vous vois venir ! Vous allez me dire « oui mais tout ça c’était avant la pandémie ». Que nenni : cette Immigration Bill est passée devant les députés britanniques et acceptée à une large majorité. Si elle est entérinée, elle sera appliquée à la fin de la période de transition.

Quelle est la position officielle de l’Ecosse sur la question des flux migratoires ?

L’Ecosse est une nation constitutive du Royaume-Uni, et depuis 1999, certains pouvoirs lui sont dévolus. Elle ne peut cependant pas statuer elle-même sur sa politique migratoire, c’est une question sur laquelle l’Etat britannique garde tout le pouvoir.

En février, on découvre le projet de la nouvelle « Immigration Bill », qui changera les règles migratoires pour s’installer au Royaume-Uni. En Ecosse, le plan est globalement rejeté : cette petite nation dépend trop des arrivées régulières d’Européens qui occupent des postes dans les services, la santé, le tourisme, et qui sont nécessaires à la bonne santé du pays. Un tarissement des flux migratoires en Ecosse pourrait aussi avoir un effet dévastateur sur la démographie écossaise.

Dès les premiers atermoiements à propos des nouvelles lois migratoires, Nicola Sturgeon, la Première ministre écossaise, a demandé des aménagements spécifiques pour l’Ecosse, ce qui a pour le moment été refusé. Depuis, des études montrent qu’une règle différente pour l’Ecosse pourrait aider à soutenir l’emploi. Nous vous tiendrons au courant.

Si vous lisez l’anglais et que vous voulez creuser ce sujet, voici un article de la BBC qui explore le cas écossais face aux nouvelles lois migratoires.

Que dois-je faire si je veux emménager en Ecosse AVANT la mise en place des nouvelles lois migratoires ?

Les Européens résidant au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition doivent demander le « settled status » s’ils sont là depuis plus de 5 ans, ou le « pre-settled status » s’ils sont installés depuis moins de 5 ans. Il s’agit d’un statut de résident permanent permettant aux Européens installés au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition de continuer à bénéficier des mêmes droits qu’auparavant (droits de résidence, protection sociale… ). Si vous obtenez le « pre-settled status », il vous faudra refaire la démarche quand vous atteignez 5 ans de résidence.

En anglais, ce programme d’attribution de statut de résident permanent s’appelle le EU Settlement Scheme.

Il est possible de demander ce statut depuis mars 2019. La demande est à présent gratuite – elle a été payante pendant quelques temps au début, ce qui a provoqué la colère de nombreux citoyens – et se fait en ligne.

Important à savoir : 

  • Si vous viviez en Ecosse avant le 31 décembre 2020, vous avez jusqu’au 30 juin 2021 pour faire votre demande de pre-settled status ou settled status.
  • Ce que vous devez déclarer lors de votre demande :
    Votre identité : il vous sera possible de scanner votre passeport biométrique. Avant la pandémie, on pouvait faire un envoi postal, cette possibilité a été stoppée, je ne sais pas encore quand ce sera à nouveau possible de le faire.
    Votre résidence au Royaume-Uni : il vous sera demandé d’entrer votre National Insurance Number ou de fournir les preuves de votre résidence si nécessaire (documents bancaires sur une longue période, lettre de l’employeur, coucil tax – taxe d’habitation mensuelle – bail, document de votre université). Certaines personnes ont dû fournir des pièces supplémentaires, d’autres non, car il y avait déjà assez de preuves de leur présence attachées  à leur National Insurance Number. C’est la loterie. A cause de la pandémie, les attributions de National Insurance Number ont été stoppées, j’ai du mal à savoir si ça a déjà repris. Si vous l’avez demandé récemment, partagez votre expérience en commentaire !
    Votre casier judiciaire : chaque adulte doit déclarer ses antécédents judiciaires. Seul un crime grave, au Royaume-Uni ou ailleurs, peut rendre la délivrance du Settled Status (ou pre-settled) impossible.

Pour avoir tous les détails, lisez cette page de l’Ambassade française au Royaume-Uni.

Attention ! Parents, vous devez aussi faire une demande pour chacun de vos enfants, et la lier à la vôtre.

Si vous résidez en Ecosse et que vous rencontrez des difficultés dans votre demande, contactez Citizen Advice Scotland, ils ont un « EU Citizens Suppport Service ».

Ma demande du Settled Status

J’ai fait ma demande en septembre 2020, 5 ans et un mois après mon arrivée. J’ai obtenu mon statut 5 jours après avoir fait la demande en ligne.

Voici la vidéo qui résume mon expérience :

Expatriation en Ecosse avant le 31 décembre 2020 : questions thématiques

De manière générale, que dois-je prendre en compte pour organiser mon expatriation en Ecosse ?

  • Ai-je des économies ? Pour louer un appartement, il est probable que l’on vous demande de payer quelques mois d’avance, en l’absence de garants britanniques et d’historique bancaire au Royaume-Uni (pour le fameux « credit check »). Par ailleurs, prévoyez de pouvoir financer vos premiers mois si vous n’avez pas de promesse d’embauche.
  • Quelles sont les raisons qui me poussent à émigrer ? Quel est mon projet ? Avoir un projet clair vous aidera dans vos choix !
  • Quel est mon niveau d’anglais ? Ai-je besoin de suivre des cours ? Suis-je capable d’utiliser l’anglais en travaillant ? La langue est un aspect important de l’intégration !  Vous pouvez bien sûr déménager en Ecosse sans avoir un anglais parfait, mais il est nécessaire d’être lucide sur son niveau et d’agir si vous avez besoin : cours d’anglais dans des associations ou avec un prof privé, applis d’apprentissage… Si vous pensez que votre niveau d’anglais est faible, n’attendez pas et commencez déjà à travailler la langue de chez vous, avant votre départ.
  • Quelle est ma solution de repli en cas de problème ? Soyez préparé au pire : si la vie en Ecosse ne vous plaît pas, si vous ne trouvez pas le poste que vous espériez, que ferez-vous ? Avoir un plan B ne pourra que vous aider à réaliser le plan A !

victoria street

Quels sont les effets de la pandémie de Covid19 sur le marché du travail en Ecosse ?

Pour le moment, il est encore difficile de se prononcer sur les effets à long terme de la pandémie sur l’emploi en Ecosse. En mai, déjà, l’Office national des statistiques estimait que le nombre de personnes ayant demandé l’équivalent de l’allocation chômage (on ne s’emballe pas, c’est de l’ordre de £70 par semaine, autant dire pas grand chose) aurait augmenté de plus de 65% en Ecosse. De mars à mai, le chômage n’aurait augmenté que de 0,6% en Ecosse (pour pointer à… 4,3%) mais attention, notez que les mesures de « furlough », une sorte de chômage partiel exceptionnel pour les employés dont le lieu de travail a fermé pendant la crise, ne comptent pas dans ces chiffres. Ces mesures devraient cesser en octobre, et là, nous verrons combien de personnes perdront véritablement leur emploi.

L’Ecosse a publié un plan de relance, que vous pouvez lire en anglais ici. Voyons plus  tard s’il est mis en place.

Quels sont les effets de la pandémie sur le marché locatif en Ecosse ?

Pareil, ce sera un point intéressant à étudier plus tard car on manque encore beaucoup de données aujourd’hui.

Qu’entends-je autour de moi ? Que la situation est bien moins tendue à Edimbourg, ville où il était traditionnellement assez compliqué de trouver un logement à bon prix. Voyez d’ailleurs mon article sur la recherche de logements juste là. Edimbourg était complètement étouffée par les logements AirBnb, et certains d’entre eux ont été remis sur le marché locatif, diversifiant l’offre. De même, il semblerait que pas mal de jeunes employés, européens notamment, ont préféré plier bagage, ce qui eut pour effet de mettre plusieurs chambres en colocation sur le marché. Mais comme les déménagements étaient bloqués pendant le confinement, on commence juste à mesurer tout cela maintenant.

Selon l’agence ESPC, la demande reste haute à Edimbourg, et on ne voit pas de baisse des loyers significative pour le moment. D’autres articles de presse nous apprennent que les loyers ont baissé à Londres de manière assez forte (près de 20% dans le centre-ville). Mais qu’ils ont augmenté ailleurs en Angleterre : le développement du télé-travail pousserait les gens à sortir de la ville. En Ecosse, de juin 2019 à juin 2020, les loyers ont augmenté de 0,6%, ils restent donc stables pour le moment.

Je souhaite travailler à mon compte en Ecosse : comment faire ?

Vous pouvez tout à fait travailler à votre compte. Vous allez, pour cela, vous déclarer en tant que « sole trader » sur le site de la HMRC, la structure nationale qui collecte l’impôt. Lisez donc cette fiche très claire pour tout comprendre. C’est vraiment le même concept que l’auto-entreprise.  On utilise souvent l’expression « self-employed », qui veut simplement dire que vous  n’êtes pas salarié. « Sole trader » signifie que vous travaillez pour vous-mêmes en tant qu’individu (c’est différent si vous créez une limited compagny, l’équivalent d’une SARL en France).

Pour vous, rien ne change : en arrivant, vous devez également demander un National Insurance Number. Vous êtes tenus de garder des comptes clairs et séparés de vos dépenses personnelles. Une fois par an, vous devez déclarer vos revenus et payer vos impôts sur ces revenus. C’est… très simple, vraiment, et c’est une paperassophobe qui vous le dit.

Pour ceux qui souhaitent déménager leur auto-entreprise française en Ecosse, adressez-vous à votre centre français, et surtout, venez nous dire la réponse 🙂

Puis-je déménager en Ecosse avec mon animal de compagnie ?

Oui, tout à fait. Enfin, tout dépend de l’animal de compagnie.
Voici les règles pour un voyage avant le 31 décembre 2020.
Pour les chats, chiens et furets, il faut que l’animal soit pucé et ait un passeport et un certificat de vaccination contre la rage. Tout est expliqué ici. Attention, certains chiens sont bannis du Royaume-Uni. Assurez-vous également que vous empruntez un trajet approuvé par le Royaume-Uni pour entrer dans le pays. La liste est ici.

Après le 1er janvier 2021, les règles de voyage avec des animaux vont changer, mais on ne sait pas encore si le Royaume-Uni va devenir un « listed » ou « unlisted » pays aux yeux de l’Union Européenne. Cette page détaille tout, selon les cas.

Mon accès aux soins sera-t-il différent si je m’expatrie en Ecosse avant ou après le 31 décembre 2021 ?

Oui, probablement.
Si vous déménagez avant le 31 décembre 2020, vous pourrez faire une demande de pre-settled status (relire plus haut) et garder votre accès aux soins tel qu’il était avant le Brexit. C’est véritablement la meilleure chose à faire.
Si vous déménagez après le 31 décembre, vos droits seront régis par la nouvelle Immigration Bill et nul ne sait encore, pour le moment, quels en seront les détails.

Pourrais-je scolariser mon enfant sans complications supplémentaires ?

Si vous déménagez en Ecosse avant le 31 décembre, vous pourrez inscrire vos enfants à l’école sans complication. Cela devrait aussi être le cas si vous déménagez en 2021, donc après avoir obtenu un visa de travail. Les précisions arriveront avec l’application de la Immigration Bill, et je mettrai cet article à jour.

Que faire pour ma retraite en cas d’expatriation en Ecosse en 2020 ?

Alors, pour le moment, on trouve assez peu d’info sur les droits à la retraite pour les citoyens européens après le Brexit. Je vous renvoie à la page du gouvernement français sur le sujet, on on lira peut-être plus d’info bientôt.
En vous installant au Royaume-Uni, si vous êtes salarié, vous cotiserez pour votre retraite, et votre employeur aussi. Avec les accords actuels, les périodes cotisées de part et d’autre de la Manche sont prises en compte dans le calcul de la retraite. Est-ce que ce sera encore le cas après le Brexit ? On vous  tiendra au courant dès qu’une info solide pointe le bout de son nez…

S’expatrier en Ecosse en couple après le Brexit : comment ça se passe ?

Voici une question intéressante qui m’a été posée : si, après le Brexit, donc dès 2021, un couple marié souhaite émigrer, et qu’un seul membre du couple a une offre d’emploi qui permette l’obtention d’un visa de travail, qu’advient-il ?

Pour le moment, je n’ai pas trouvé de réponse à cette question, et je pense que ça viendra avec les décrets d’application de la loi Immigration Bill prochainement. Cet article sera bien sûr mis à jour, on n’a pas fini de parler de l’expatriation en Ecosse !

Mes conseils pour une expatriation en Ecosse réussie en 2020… et après

Economisez

Je vous recommandais déjà de mettre des sous de côté pour les frais des premiers mois, nécessairement importants, sans compter les éventuels loyers d’avance qu’il vous faudra payer puisque vous ne pouvez pas être soumis à un « credit check », une vérification de vos finances. Difficile de dire « combien », puisque chaque cas est différent. Mon avis personnel sur la question ? Je pense qu’avoir 2000 euros de côté serait un bon début.

Vu les incertitudes politiques et économiques – impossible de dire aujourd’hui comment la pandémie aura affecté le chômage écossais, mais on sait que les chiffres sont en hausse et que plusieurs entreprises du domaine du tourisme et de la restauration ne redémarreront pas de sitôt – essayez d’économiser encore plus, afin de garantir au maximum le succès de votre projet.

Être très organisé

Soyez encore plus organisés : n’attendez pas pour vous enregistrer pour la Council Tax, prenez un abonnement de téléphone dès que possible, inscrivez-vous dans le centre médical de votre quartier dès que possible… On ne sait jamais, ça facilitera sans doute vos démarches pour le  pre-settled et Settled Status ! Je me répète ? Oui. Mais c’est nécessaire.

Garder des preuves

Je ne veux pas sonner complètement parano mais : si vous arrivez plutôt sur la fin de la période de transition, gardez des preuves « papier » de votre voyage (une carte d’embarquement par exemple) pour prouver la date de début de votre expatriation en Ecosse. Ca ne coûte rien !

Avant votre départ, créez-vous un « carnet » où vous noterez toutes les choses à faire et toutes les infos que vous glanez en ligne. Cela vous fera gagner du temps, c’est clair.

Pour finir, je veux simplement glisser un mot d’encouragement : si vous y croyez dur comme fer, allez-y, foncez, organisez-vous et réalisez votre rêve !

mull roadtrip

8 Comments

  • Bonjour Sarah,
    un très grand merci pour cet article qui m’est bien utile. Ca me permet de vérifier que je ne suis pas passée à côté d’une info cruciale, notamment et que ma façon de procéder était plutôt la bonne, a priori !
    Merci beaucoup !

  • Bonjour, merci pour cet article ! Je me pose la question concernant mon fils qui étudie à Édimbourg depuis l’an dernier: le brexit change-t-il qqch pour les étudiants étrangers ? Doit-il entamer des démarches aussi avant fin 2020 (il a vécu la 1 e année sur le campus et va prendre une colocation )? Sachant qu’il souhaiterait faire des petits jobs cette année. Merci!

  • Bonjour Sarah,

    merci pour les informations précieuses de cet article que je suivrait au fil du temps car mon projet d’installation en Écosse ne se fera que dans un an…donc d’ici là beaucoup de nouvelles auront vu le jour !
    Merci de rendre l’expatriation plus claire. Et oui j’y crois dur comme fer, je serais là en 2021 !!

    • Merci Armelle ! Vous avez raison de vous accrocher. Si vous avez des questions précises ou besoin d’un coup de main, surtout n’hésitez pas à me faire un petit mot 🙂

  • Merci pour ton article Sarah!
    Pour apporter mon petit témoignage récent, je viens de rentrer dans le pays (il y a presque 4 semaines), alors que la quarantaine venait d’être levée. J’ai fait le voyage en train et tout s’est bien passé.
    J’ai trouvé un appartement en deux semaines et demi et je n’ai pas eu à payer de loyer d’avance, mais le proprio indépendant que j’ai trouvé était open et j’avais de nombreuses lettres de références, notamment d’une ancienne boss au UK.
    Le NI number est le point d’interrogation actuel, car ils semblent ne pas en délivrer en ce moment sauf pour des cas particuliers. Je continue de me renseigner!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *