12 choses à faire pour tomber amoureux de Glasgow

Je suis arrivée à Glasgow il y a tout juste un an. Je ne connaissais rien de cette ville, je savais à peine la placer sur une carte et pourtant, j’étais partie pour m’y installer. Sacré pari.

Glasgow ne laisse personne indifférent, c’est une ville qui prend aux tripes. Une ville incomprise aussi, car pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut la vivre de l’intérieur, sans l’enfermer dans une comparaison avec Edimbourg où elle finit toujours perdante.

Cet article a pour but de vous faire découvrir Glasgow, la vraie, celle que nous vivons au quotidien, nous autres Glasvégiens d’adoption, débarqués ici par hasard et restés par amour.

1. Flâner dans la nécropole de Glasgow

Il règne aux abords de la Nécropole et de la Cathédrale de Glasgow une atmosphère presque surnaturelle, le temps semble s’y être arrêté. Peut-être est-ce parce que la ville s’est d’abord construite sur ces terres, avant de se déplacer peu à peu vers l’Ouest de la ville, le West End, pour fuir la pollution, les maladies et les fantômes.

Je n’ai jamais aimé traîner dans les cimetières, je trouve ça plutôt impudique et triste, d’habitude, pourtant la Nécropole est mon endroit préféré à Glasgow. Ce cimetière a été ouvert en 1832, il respire le style victorien. C’est un lieu calme et paisible, on y croise des promeneurs et des photographes, attirés par la beauté des quelques 3 500 stèles funéraires et mausolées, absolument grandioses. Au fait, voici une série de photos en noir et blancs publiées sur French Kilt, qui feraient presque frissonner…

2. Boire une bière au Drygate

C’est LE pub incontournable pour tous les amateurs de boissons houblonnées :  une vingtaine de bières au menu, qui change chaque jour. Elles sont toutes produites sur place, dans la brasserie qui se trouve de l’autre côté du bar. Certains jours, il est même possible de la visiter. Mon conseil : allez-y au culot et demandez un « tasting tray ». Le serveur vous préparera une sélection de 4 bières aux saveurs radicalement différentes. A vous de choisir votre élue !

Si vous préférez l’authenticité de la Tennent’s, bière écossaise par excellence – ou si vous souhaitez enchaîner les deux, on ne juge pas – vous n’avez que quelques pas à faire. La brasserie emblématique de Glasgow se trouve à une centaine de mètres du Drygate, sa petite soeur branchée. La Tennent’s fait un peu mal à la tête, il faut le savoir, mais ce n’est pas tant pour la boisson qu’il faut visiter cette institution. Ici, on fabrique de la bière depuis 1740 avec de l’eau directement puisée dans le Loch Katrine. La visite est passionnante et la maison offre une petite dégustation en fin de parcours. Allez, vous reprendrez bien une petite pinte?

3. Contempler les merveilles du Street Art de Glasgow

Glasgow_street_art_taxi

Glasgow est la ville montante du street art en Europe, comme je vous l’expliquais dans mon premier article pour French Kilt. Les fresques murales se dévoilent à chaque coin de rue et rendent hommage à la culture et à l’histoire de Glasgow. Parfois, les tableaux urbains sont un clin d’oeil à la pop culture, juste pour le fun, comme ce personnage de Doctor Who sur le façade l’Université de Strathclyde (on ne vous dit pas où, c’est à vous de trouver !). Bon, pour vous aider, sachez qu’une carte très pratique existe pour découvrir ces belles fresques.

4. S’enfiler un Fish’N’Chips au Chippie Doon The Lane

A Glasgow, le « chippie » est une institution. Ces petites guinguettes vendent des Fish n’ Chips, mais pas seulement. On peut aussi y déguster des saucisses frites, des côtes de porc frites, des pizzas frites… Oui, c’est mal, mais je ne peux pas résister au haddock pané accompagné de frites, que j’arrose généreusement de vinaigre, à la British.

Je vous conseille le Chippie Doon The Lane, sur Buchanan Street, pour la gentillesse des serveuses et la qualité du poisson.

Si vous n’avez aucun scrupule à manger avec les doigts et très envie d’entendre un air d’opéra, rendez-vous au au Val d’Oro, dans l’East End de Glasgow. Ce petit troquet existe, paraît-il, depuis 1875! Autant vous dire qu’on y a avalé des haddocks. Vous aurez peut-être la chance d’y voir Luigi, propriétaire des lieux, pousser la chansonnette pendant la préparation de votre plat.

5. En prendre plein les oreilles au King Tut’s Wah Wah Hut 

Sarah vous l’expliquait il y a quelques mois, Glasgow est l’une des capitales musicales du Royaume-Uni. Avec plus de 130 concerts par semaine, vous n’aurez que l’embarras du choix. Voici une (très courte) sélection des lieux emblématiques de Glasgow pour vous aider à débuter votre pèlerinage sonore.

King Tut’s Wah Wah Hut, petite salle de concert indépendante qui a vu défiler les plus grands : Oasis, Radiohead, The Killers, Florence & The Machine, Snow Patrol…

Autre haut lieu de la musique live à Glasgow, Le Barrowland, une salle de bal « old school » au charme fou.

glasgow

Le Sub Club pour une écouter de l’électro jusqu’au bout de la nuit. Le Flat 21, une boîte aménagée en chambre d’étudiant, et le Buff Club, ont quant à elles une playlist plus traditionnelle – sympathique pour faire la fête un samedi, entre amis.

6. Aller en boîte dans une église

A Glasgow, ne vous fiez JAMAIS aux apparences lorsque vous croisez une église sur votre chemin. Elles ont presque toutes été réaménagées en café/ bar / boîte / théâtre / bibliothèque / maison de quartier et j’en passe. Celle que vous voyez ci-dessus n’est autre que le pub et restaurant Cottiers, une institution du West End où l’on se presse pour avoir sa place en terrasse les jours de soleil. Une fois sur trois, vous siroterez votre pinte au milieu d’un mariage en kilt, et vous finirez peut-être même par vous lier d’amitié avec les invités.

Une autre église « in disguise » très connue de Glasgow : l’Oran Mor. Tous les midis du lundi au samedi, on peut bénéficier de l’offre a pint, a pie and a play pour 12 pounds. Qui dit mieux ? Et St. Luke’s, tout près des Barras, a été transformé en une superbe salle de concert ! Tellement malin.

7. Draguer sur Ashton Lane

Ashton Lane est une petite allée bien cachée, et pourtant, cette rue pittoresque est le coeur battant du West End. C’est sans doute le coin le plus féerique de la ville, tant pour son charme pavé que pour l’atmosphère chaleureuse – et légèrement alcoolisée – qui l’envahit tous les week-ends. Ici, les bars sont légion et il y en a pour tous les goûts : les fêtards indécrottables se donnent rendez-vous au vodka wodka, les amoureux de la music live et des ambiances intimistes se retrouvent au deuxième étage du Inns & Gunn, les foodies se délectent à l’Ubiquitous Chip et les accro aux terrasses se serrent dans le jardin du Brel.

Située à quelques mètres de l’Université de Glasgow, Ashton Lane est the place to be. A tel point que les célébrités y viennent faire la fête de temps à autre, n’est-ce-pas Chuck Bass ?

8. Renouveler sa garde robe dans les Vintage Shops

Great Western Road (GWR pour les intimes) est le paradis de toutes les fashion victimes. Les vintage shops et autre fripperies se concentrent dans cette partie du West End, mais ne négligez pas les charity shops de Byres Road pour autant, on y fait de merveilleuse trouvailles. Difficile de vous donner l’adresse de ma frip’ préférée sur GWR : entre The Glasgow Vintage et Glorious, sa rivale à la devanture bleu ciel de l’autre côté du trottoir, mon coeur balance.

9. Faire sa rentrée à Poudlard

C’est l’heure de la revanche pour toutes celles et ceux qui n’ont jamais reçu leur invitation pour la rentrée en première année à Poudlard : vous allez enfin pouvoir marcher dans les pas d’Harry Potter à l’Université de Glasgow ! Vieille de plus de 6 siècles, cette université fait pâlir d’envie les étudiants du monde entier : l’ensemble du bâtiment est un chef d’oeuvre architectural, on ne peut s’empêcher d’avoir une pensée émue pour les apprentis sorciers qui ont bercé notre jeunesse à la vue des salles et des jardins.

Il est possible de découvrir toute sa splendeur lors d’une visite, souvent animée par les étudiants eux-mêmes.

10.  S’extasier devant les cerisiers en fleurs du Kelvin Park de Glasgow

Au début du mois de mai, quand revient le printemps, Glasgow se pare d’une belle couleur rose pâle. La fleuraison des cerisiers ne dure pas longtemps, mais c’est un spectacle qui marque et dont il faut chérir tous les instants. Pour les plus chanceux, il suffit de jeter un oeil par la fenêtre de la cuisine (oui je parle de moi), pour les autres, le meilleur endroit pour observer ces beautés reste le Kelvin Park, le jardin d’adoption de tous les Glasvégiens, qui se trouvent entre l’Université de Glasgow et le Kelvingrove Museum.

C’est mon moment préféré de l’année, celui où je me félicite d’avoir choisi Glasgow et ses contrastes, la seule ville où l’on prend du Rock’n Roll plein les oreilles toute la nuit avant de se balader au petit matin sur un tapis de fleurs de cerisier, un carrot cake à la main.

11. Prendre le thé comme chez mamie au Hidden Tea Room de Glasgow

Je pourrais garder ce secret jalousement, mais ce n’est pas mon genre. Ce tea for two aux trois étages est la réalisation gourmande du Hidden Tea Room, dans le quartier arty et branché de Finnieston. Un salon de thé niché dans une cour multicolore, où il partage la vedette avec des boutiques de créateurs qui recèlent de trésors : bijoux, vêtements, peintures, déco…

Cette courette est le symbole miniature de la renaissance de Glasgow, ancienne ville industrielle aujourd’hui devenue un haut-lieu britannique du design et des arts, où les jeunes artistes de tout le pays posent leur valise en quête d’inspiration.

Venez pour le goûter et restez pour l’énergie créatrice du lieu.

12. Remonter dans le temps au Riverside Museum

Le Riverside Museum est de très loin mon musée préféré à Glasgow. Sur les quais de la Clyde, entre Finnieston et Partick, son bâtiment en forme de vague, en hommage à l’importance de la rivière dans le développement économique de Glasgow, laisse d’abord un peu perplexe.

Faites-moi confiance, tout s’illumine une fois à l’intérieur : des trams du 19ème siècle sont exposés à côté d’un arrêt de bus des années 50, on peut aussi se promener dans une reconstitution d’une rue typique de Glasgow au début du siècle, ou encore prendre le métro en période d’entre-deux-guerres…  Le Riverside Museum est un musée dédié aux différents moyens de transports et à leur importance dans la vie sociale des écossais. 

Un voyage dans le temps gratuit et ludique, qui réveille mon âme d’enfant à chaque fois. On y retourne quand ?

Justine

Justine

Traductrice et Rédactrice SEO chez The Language Distillery
Justine a posé ses valises en novembre dernier à Glasgow, où elle est traductrice freelance / goûteuse de carrot cakes. Elle est toujours partante pour sortir boire une bière et se déhancher sur un tube de Taylor Swift.
Justine
Written By
More from Justine

À la recherche de mon whisky d’Islay

Islay, la Reine des Hébrides, est un nom connu de tous les...
Read More

1 Comment

  • bravo à toi! tu nous donnes vraiment envie de vivre ta vie à Glasgow!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *