Expatriation : notre check-list pour s’installer en Ecosse

Entre le chemin de croix et la course d’orientation, un projet d’expatriation nécessite un minimum d’organisation. Lorsque l’on est l’heureux propriétaire d’un passeport européen et que l’on veut déménager en Europe, c’est, malgré tout, assez facile. Voici un petit retour d’expérience, en dix étapes, sur notre installation à Edimbourg, qui vaudront pour tout projet d’expatriation au Royaume-Uni. Si vous aussi, vous avez vécu cette aventure, pourquoi ne pas laisser quelques conseils pour les suivants, au bas de cet article ?

Avant le départ

Sarah : J’aurais tendance à dire qu’à part prendre un billet d’avion sans retour, je n’ai pas fait grand-chose. J’ai simplement pris soin de faire un changement d’adresse histoire de recevoir mes courriers chez mes proches et je signalerai mon déménagement lors de ma prochaine déclaration d’impôts, car j’ai encore des revenus en France. Les gens mieux organisés auront sans doute pensé à signaler leur situation auprès de la Sécurité sociale, tout ça, moi, j’avoue que je ne m’y suis pas encore penchée (la Sécu et moi on n’est très copains).

Camille : L’idée est partie d’un coup de foudre mais la préparation a mis pas mal de temps. Deux ans. Le temps de sécuriser de quoi tenir 6 mois sur place au cas où. Essayer de prendre contact. Chose pas évidente depuis la France. Essayer d’expliquer qu’on arrive dans quelques mois mais qu’on peut venir avant pour passer un entretien… C’est un peu compliqué. Mais vraiment, venir s’installer ici est tellement facile d’un point de vue administratif qu’il n’y a pas grand chose à faire. Pas besoin de visa, de permis de travail. Courrier à la banque, à la mutuelle, résiliation des divers abonnements, et hop. On est parti.

Trouver un logement

Sarah : Si j’ai eu la chance d’avoir deux merveilleux colocataires qui ont dégoté un logement parfait, bien placé et peu cher, j’ai aussi vu énormément de gens galérer pour trouver un logement ou une chambre en colocation. Travaillant à mi-temps dans une auberge de jeunesse, j’ai vite remarqué qu’en septembre, nous avons accueilli énormément d’étudiants à la recherche d’un toit. Toute la journée, ils sont sur Gumtree et sur les différents groupes de colocation sur les réseaux sociaux. Et souvent, ils passent plus de temps à l’auberge que prévu…

Camille : Il y a plein de choses à savoir quand on cherche un logement à Edimbourg… D’abord, faites attention à la période à laquelle vous pensez arriver. Si jamais vous débarquez en plein mois d’août, j’espère pour vous que vous avez déjà un toit sur votre tête. Le mois de septembre voit arriver plein d’étudiants, il faudra donc être rapide. De manière générale, comme dans toutes les capitales, les logements ont tendance à partir très vite et il ne faudra pas tergiverser trois plombes si un appartement vous plaît au risque de le voir vous passer sous le nez. La plupart des annonces apparaissent dès que le logement est disponible donc il n’est pas rare de visiter un appartement le matin et d’avoir les clés le lendemain.
Au niveau du niveau des loyers, pas de généralités, vous trouverez de tout à tous les prix. Forcément, en fonction des quartiers, il vous faudra plus ou moins débourser. Sachant que si vous ne voulez pas vous encombrer de meubles et autres, les appartements meublés (Furnished) sont au même prix que les non meublés (Unfurnished). Mais attention alors à la déco ! Et aux moquettes.

Les agences demandent souvent des références. Anciens propriétaires ou agences de location. Si vous êtes étudiant, il vous faudra un garant. Si vous êtes employé, ça dépend, mais ils peuvent vous demander le nom de votre employeur afin de vérifier votre solvabilité. Si par contre c’est votre première fois au Royaume-Uni ou si vous n’avez pas encore de travail, attendez-vous à ce que l’agence  vous demande de payer six mois d’avance. Il y a rarement de frais d’agence, mais vous devrez payer une caution qui en général est équivalente à un mois, un mois et demi de loyer.

La lecture du bail fait très peur. On ne peut pas mettre faire ci, on est responsable de ça… Contrairement à la France, les propriétaires sont beaucoup plus protégés que les locataires et si vous êtes en retard dans vos paiements, il est plus facile de vous mettre à la porte. Pour faire vos recherches, le site Zoopla est vraiment pas mal, la quasi-totalité des agences font paraître leurs annonces dessus.

La rue où on aurait aimé avoir une petite maison : Circus Lane !
La rue où on aurait aimé avoir une petite maison : Circus Lane !

 

…Et payer sa « council tax »

La council tax est une sorte de taxe d’habitation dont le montant varie selon la taille du logement, sa localisation, et les gens qui l’habitent. Les étudiants, par exemple, n’en paieront pas. Les professionnels à bas revenus aussi bénéficient d’une réduction. On peut choisir de la payer en une, dix ou douze fois (un peu tous les mois).

Pour vous donner une idée, pour notre logement à quelques encâblures du centre-ville, la council tax s’élève à 140 livres par mois. Ce n’est pas rien… Mais ce tarif inclut l’eau froide. Ca console. La council tax ne varie pas forcément en fonction de la taille du logement mais plus en fonction des aménagements du quartier. C’est réparti par tranche (Band) de A à H, variant de la centaine de livres à près de 300 par mois. Elle court d’avril à mars et peut être revue à la hausse ou à la baisse tous les ans.

Gérer son installation

Sarah : Ma première expérience de ces mille petites choses que l’on doit faire quand on s’installe dans un nouveau logement, ça a été de gérer une sorte de dysfonctionnement gaz/électricité avec British Gas. Premier constat : les salariés des services consommateurs que j’ai eus au bout du fil étaient tous d’une gentillesse dingue, vraiment disposés à aider et très patients (le lendemain de mon arrivée, je n’étais pas encore tout à fait plongée dans le bain de l’accent écossais). Pour tout le monde, ouvrir un contrat de gaz et ou d’électricité fait partie des étapes importantes. Comme il y a de la concurrence, vous avez le choix : British Gas, OvO…

Pour ce qui est de l’ameublement, nous avions consacré un article à nos astuces pour trouver des meubles pas chers, voire gratuits, à Edimbourg

Camille : Ça ressemble assez à ce qu’on trouve en France, des coups de fil à tel ou tel fournisseur, éplucher les sites internet à la recherche de l’armoire parfaite… Rien de très original.

Ouvrir un compte en banque

Sarah : Pour moi, ça a sans doute été l’étape la plus épineuse. J’ai choisi, sur le conseils de mes chers colocataires et sur une logique géographique, la banque Barclays. Je n’ai besoin de rien de bien compliqué : juste un compte courant, avec une carte bancaire, merci et bisous. Je m’inscris donc en ligne et comme je suis une nouvelle arrivante, on me propose un rendez-vous. C’est là que je rencontre Stewart, mon gentil banquier qui adore la Normandie. Il me félicite pour toutes mes paperasses mais il m’explique qu’il faut une preuve de domicile, mais pas n’importe laquelle. Une lettre de mon fournisseur d’électricité, par exemple, ça ne passe pas. Non, Stewart voudrait un bail – sur lequel mon nom ne figure pas encore -, une fiche de paye – que je ne peux pas obtenir tant que je n’ai pas de compte bancaire (rires), mon numéro national d’assurance (je vous en parle plus bas) qui me sera délivré dans trois semaines ou une facture – pas de bol, avec notre système de « jetons » prépayés, pas de facture mensuelle. Stewart fait un peu le difficile et ça me chagrine. Un peu courroucée après plusieurs tentatives, j’explique à Stewie que bon : soit il prend mes preuves de domicile « un peu moins parfaites », soit je vais tout simplement dans une autre banque. Comme il est gentil, Stewie accepte de m’ouvrir un compte mais je dois dire que ce n’était pas une démarche très agréable, d’autant plus que sans compte bancaire, je ne pouvais pas toucher mon salaire, versé toutes les deux semaines.

A garder en mémoire : plusieurs expatriés m’ont dit avoir réussi à ouvrir un compte en banque uniquement avec leur passeport. Ce serait notamment le cas de Royal Bank of Scotland.

Trouver un emploi

Sarah : Je dis joker, comme j’ai eu énormément de chance pour trouver mon mi-temps dans une auberge de jeunesse (la meilleure, hein, forcément) à Edimbourg et que je travaille encore en France sous les statuts de pigiste et d’auto-entrepreneur. Cela dit, lors de mes visites au Job Centre Plus, j’ai vu de nombreuses petites annonces. Par ailleurs, un grand site national regroupe toutes les offres du Job Centre.

Un système de contrat « zéro heure » permet à tout employeur d’embaucher un salarié sans lui promettre un nombre fixe d’heures mensuelles. C’est la flexibilité qui règne, ici. Ca peut être un peu galère quand on tient à avoir un revenu régulier. Personnellement, je m’en accommode bien car j’apprécie de pouvoir avoir du temps libre à la demande.

Le salaire horaire minimum s’élève à 6,70 livres cette année. Il évolue un peu chaque année (5,93 en 2010). Surprise : en avril prochain, ce taux passe à 7,20 livres (pour les plus de 25 ans). Les impôts sont prélevés à la source. Quand on touche ce salaire horaire et que l’on n’est pas à temps plein, on peut percevoir une aide de la part de l’Etat. Attention : les travailleurs très jeunes sont bien moins payés : 3,85 de 1§ à 18 ans et 5,30 de 18 à 20 ans. Mais pourquoi ?

Camille : J’ai eu de la chance aussi car en cinq jours, j’ai réussi à trouver un boulot et depuis j’ai eu la chance d’évoluer dans mon travail. Je pense que si vous n’êtes pas regardants sur le type de travail que vous voulez, vous pouvez trouver facilement. On recherche toujours des serveurs dans les pubs, personnel de ménage dans les hôtels, ou autre… Je ne connais pas suffisamment le marché du travail pour vous dire dans quel secteur ils recrutent. Sachez tout de même que malgré les facilités de circulation dans l’UE, votre diplôme n’est pas forcément reconnu et ça peut parfois être frustrant.

Obtenir un « National Insurance Number »

Pas indispensable pour commencer à travailler, le NIN, national insurance number, est le numéro magique pour exister au Royaume-Uni. Pour l’obtenir, rien de plus simple. Il suffit de passer un coup de fil au Job Centre (pas la peine de passer, j’ai essayé, ils renvoient toujours sur la plateforme téléphonique) où l’on donne quelques renseignements avant de se voir attribuer une date de rendez-vous. Personnellement, j’ai eu mon rendez-vous une semaine après mon coup de fil. Lors du rendez-vous, on remplit patiemment un document qui est ensuite tapé dans un ordinateur par un employé, c’est assez longuet mais pas très compliqué. Surtout que je l’ai fait en ayant déjà un emploi. Ensuite, le numéro met entre deux et quatre semaines à arriver, et il faut le transmettre à son employeur afin qu’il figure sur les fiches de paye.

Choisir un médecin traitant

Sarah : Joker, je n’ai toujours pas fait les démarches (santé de cheval jusqu’à la prochaine plaque de verglas).

Camille : En fait, on ne peut pas vraiment parler de choix. Vous devez trouver le General Practitioner (GP pour les intimes) duquel vous dépendez. Pour cela, rendez-vous sur le site NHS24. Vous tapez votre code postal et le site vous indiquera où vous pourrez aller vous inscrire. Pour le nôtre, il y avait un jour par semaine où on pouvait s’y rendre. Mais les places étant limitées pour les nouveaux patients, mieux vaut y être très tôt afin d’être sûr de pouvoir s’y inscrire. Sinon il faut attendre la semaine suivante. Pour l’inscription, un justificatif de domicile et un questionnaire à compléter et le tour est joué. Vous voilà inscrits au cabinet (GP Surgery). Il y a plusieurs médecins et infirmières dans chaque cabinet, et aussi une sage-femme. Les consultations se font sur rendez-vous (Sauf en cas d’urgence, mais là, armez-vous de patience). Si vous avez un besoin spécifique, type consultation gynécologique ou autre, précisez-le au moment de votre prise de rendez-vous. Détail qui a son importance : les consultations générales et médicaments prescrits sont la plupart du temps gratuits.

S’inscrire au consulat… ou pas

Sarah : Sans trop me presser, je l’ai faite la semaine dernière. J’étais juste jalouse de Camille et de sa carte plastifiée qui dit « placée sous la protection du Consulat général de France à Edimbourg », c’est tout. Cela dit, en m’inscrivant, j’ai pris bien garde à ne pas demander à être inscrite sur les listes électorales des expatriés parce que je tiens à rester inscrite dans ma commune (oui, je suis une professionnelle de la procuration).

Camille : C’est assez utile de s’y inscrire afin de faciliter les démarches administratives et d’état civil. Mais attention, le consulat général d’Edimbourg va fermer ses portes en juillet 2016 et ils n’assureront plus qu’une mission consulaire, c’est à dire que les actes d’état civil devront être enregistrés à Londres, ainsi que les demandes de visa.

Trouver un abonnement téléphonique

Sarah : Si vous vous installez à Edimbourg, marchez le long de Princes Street et choisissez entre O2, Vodaphone, EE… Pour moi, l’important était d’avoir de la 3G et quelques SMS sans m’engager. J’ai choisi un système prépayé à EE, qui me permet, pour 15 livres, d’avoir 2 gigas (que je ne finis jamais) des SMS illimités et 500 minutes d’appels (mais je n’appelle jamais personne, c’est dommage). Il me semble que le réseau fonctionne assez bien.

Written By
More from French Kilt

Edimbourg : les meilleures adresses de la team French Kilt

On s’y colle depuis un petit moment : on voulait dresser une...
Read More

4 Comments

  • Je viens de lire ton post et ça me fait penser: vous avez pas Three Mobile en Ecosse? Pour £13 ou £14 (je sais plus), sans contrat tu as internet illimité et tout et tout mais surtout tu as les « feel at home destinations » dont la France fait partie: en gros tu utilises ton tél comme au UK mais dans une vingtaine d’autres pays. Donc si tu as illimité au UK, ça veut dire que tu as illimité en France, Espagne, Pays Bas…Après je connais pas EE, ils ont peut-être une offre encore mieux.

    Au niveau des GPs: les prescriptions coûtent quelque chose comme £8 en Angleterre, c’est différent en Ecosse? Sinon, si on a « la chance » d’avoir une maladie qui nécessite un traitement médical permanent, on peut demander une carte d’exemption et du coup, on paie aucun médicamment tant qu’on la montre au pharmacien (même si c’est des médocs qui font pas partie du traitement habituel). C’est le GP qui fournit les infos sur ce sujet et la carte est valable 5 ans et quelques après quoi il faut la renouveler.

    C’est marrant, j’ai toujours assumer qu’en Ecosse le système était le même qu’en Angleterre, comme quoi 🙂

    • Hello Lucie !

      J’ai jamais entendu parler de three mobile mais sinon il y a giff gaffe aussi, qui est moins cher et cool, mais il faut un compte bancaire pour commencer et j’avais besoin d’une sim rapidement. Par contre je vais regarder pour Three Mobile, comme je vais quand même super souvent en Allemagne et en France ça serait top ! Merci !

      Pour les GP, j’ai pas encore testé mais pour Camille, c’était gratuit… En effet, c’est peut-être un différence écossaise ? Il faut creuser. Je crois qu’il y a pas mal d’aspects plus « sociaux », notamment sur le coup de l’université… Ici, si tu es Ecossais ou au moins Européen (je cherche des infos là-dessus, ça marche pas si tu as déjà des diplômes et tout) l’université est gratuite voire très peu chère. Mais je suis pas très sûre de moi, c’est à vérifier.

      Merci et gros bisous !

  • Super blog que je voiens de découvrir. Je vis ici depuis 12 ans et certaines choses ont bien changé depuis mon installation, et l’article sur le mariage est super (je me marie a mon écossais l’an prochain). La galère c’est la fermeture du consulat, quel dommage pour nous expat.

    Pour répondre à la question de Lucie, les médicaments sont payants , rarement gratuits à part la pilule contraceptive, du au taux élevé de grossesse de mineures. Aussi, ici en pharmacie, on attend bien plus qu’En France, car le pharmacien prépare exactement la quantité de médicament prescrite, ca évite le gaspillage et abus de medoc! Et 3Three Mobile, ça existe aussi ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *