Expatriation : notre check-list pour s’installer en Ecosse

Article mis à jour en juillet 2019.

Entre le chemin de croix et la course d’orientation, un projet d’expatriation en Ecosse nécessite un minimum d’organisation. Lorsque l’on est l’heureux propriétaire d’un passeport européen et que l’on veut déménager en Europe, c’est, malgré tout, assez facile, du moins pour le moment, en attendant les futurs développements liés au Brexit. Voici une liste de thèmes à creuser, basé sur notre expérience. Si vous aussi, vous avez vécu cette aventure, pourquoi ne pas laisser quelques conseils pour les suivants, au bas de cet article ?

N’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook « Expatriation en Ecosse – Groupe d’échange« , relié à la page French Kilt, dans lequel vous pourrez poser vos questions précises, bénéficier des lumières des autres membres du groupe

Et pour compléter le tout : voici notre épisode du podcast Ecosse Toujours sur le sujet, réalisé avec Assa de Kiltissime.


Et le Brexit ?

Nous vous tiendrons bien sûr au courant des futurs développement quant à la sortie du Royaume-Uni de l'Europe. Pour le moment, rien ne change jusqu'au 31 octobre 2019 et vous pouvez donc déménager sans crainte. Après cette date, la situation pourrait changer, notamment si aucun accord de sortie n'est trouvé. Mais même dans ce cas, le Royaume-Uni a déjà dit qu'il y aurait une période de transition jusqu'à décembre 2020, où, présume-t-on, on pourra encore s'installer au Royaume-Uni sans complications. A partir de 2021, on parle de l'arrivée d'un système de visa payant à demander après trois mois de résidence. Mais les choses risquent de beaucoup évoluer à partir de la rentrée. On vous tient au courant !

Avant de quitter la France pour l’Ecosse

Courrier et administration 

  • Faites votre changement d’adresse pour recevoir votre éventuel courrier chez un proche
  • Déclarez votre changement d’adresse au impôts
  • Demandez une carte européenne d’assurance maladie pour le début
  • Clôturez vos abonnements : magazines, internet, …

Organisation

  • Essayez d’établir votre projet de manière précise : pourquoi désirez-vous déménager en Ecosse ? Quels sont vos objectifs ? Quel est votre calendrier ?
  • Faites des économies : quelque soit votre ville ou région de destination, vous serez bien plus à l’aise et bien moins angoissé si vous avez des économies pour vous aider à démarrer. Si vous souhaitez déménager à Edimbourg, sachez qu’il est courant de se voir demander plusieurs mois de loyers à payer en avance…
  • Parlez-en autour de vous : vous serez surpris par le nombre de gens ayant des connaissances en Ecosse. Ce réseau pourra vous être utile !

Trouver un logement en Ecosse

Sujet délicat, bien sûr, surtout quand on souhaite vivre dans l’une des grandes villes écossaise, la question du logement est à ne pas prendre à la légère. Conseil valable quoi que vous fassiez : n’acceptez jamais de payer quoi que ce soit avant d’avoir vu un logement, car les arnaques sont courantes.

Louer un appartement entier

  • Ici, on compte par chambre. Un « 1-bed » ou « 1-bedroom flat » est un logement comptant une chambre à part, un salon, une cuisine et une salle de bain.
  • Les appartements sont soit « furnished », meublés, soit « unfurnished ». A vous de choisir ! On vous demandera également si vous êtes fumeur/fumeuse ou si vous avez des animaux.
  • Considérez les agences : les locataires ne payent pas de frais, mais les propriétaires, oui ! Elles font légion. Toutes leurs annonces sont en général récupérées sur le site www.rightmove.co.uk. Si vous visitez un appartement qui vous plaît, on vous demandera de constituer un dossier contenant vos relevés bancaires, des lettres de recommandation, votre preuve d’emploi… Que du bonheur !
  • Préparez-vous à payer plusieurs mois d’avance en loyer si vous n’avez pas de références et d’historique bancaire. Le but des agences est de vérifier si vous êtes solvables, or, sans compte britannique déjà existant, c’est impossible.
  • Les autres sites habituels sont : Gumtree, les groupes Facebook, Zoopla…
  • Notez que les loyers sont chers à Edimbourg : environ 750 livres pour un F1 à Edimbourg (moins à Glasgow, ouf) et il faut ajouter la council tax (on en parle plus bas).
  • Petite info : l’assurance logement est payée par le propriétaire (qui intègre ce coût à son loyer bien sûr) mais libre à vous d’assurer vos biens si vous le souhaitez.
  • Attention, les périodes estivales sont plus demandées pour les appartement. Mais j’imagine qu’il y a aussi plus d’opportunités…

Vivre en colocation

  • Les colocations ont du succès dans les grandes villes comme Edimbourg ou Glasgow, où les grands logements ne manquent pas. Ce n’est pas nécessairement une option choisie par des jeunes ou étudiants uniquement, et beaucoup de couples ou personnes plus âgées optent pour les logements partagés au vu du niveau élevé des loyers.
  • A propos des prix à Edimbourg à l’été 2019 : entre 450 et 600 livres pour une chambre, selon le quartier et la taille de l’appartement.
  • Quels sites pour trouver une colocation ? Spareroom.co.uk, même s’il y a un abonnement payant, est le plus efficace et le plus orienté « coloc ». Il vous permet d’accéder à toutes les offres et tous les profils. Gumtree a également des offres, tout comme les groupes Facebook du type « Edinburgh flat share ».
  • Méfiez-vous et pensez à poser ces questions : serais-je ajouté(e) sur le bail ? Y a-t-il une durée minimum de location ? Serais-je sur la council tax ?
  • Notez qu’en général, les étudiants préfèrent partager un logement avec d’autres étudiants : de cette manière, il ne payent pas de council tax, la taxe d’habitation mensuelle.

Acheter un logement en Ecosse

  • En tant que résident Européen, vous avez les mêmes droits que n’importe qui pour acheter un logement.
  • Ce n’est en général pas dans les « to do lists » à l’arrivée en Ecosse, alors on ne va pas en faire des tas. Mais si vous avez du capital ou si vous êtes capables de décrocher un prêt, vous êtes parés pour la chasse au trésor. Notez qu’ici, on négocie… vers le haut ! C’est à celui qui fera la meilleure offre au dessus du prix demandé par le propriétaire. Dur dur.
La rue où on aurait aimé avoir une petite maison : Circus Lane !
La rue où on aurait aimé avoir une petite maison : Circus Lane !

 

…Et payer sa « council tax »

La council tax est une sorte de taxe d’habitation dont le montant varie selon la taille du logement, sa localisation, et les gens qui l’habitent. Les étudiants, par exemple, n’en paieront pas. Les professionnels à bas revenus aussi bénéficient d’une réduction. On peut choisir de la payer en une, dix ou douze fois (un peu tous les mois). Si vous vivez seul, vous avez une remise de 25% (très généreux, n’est-ce pas).

Pour vous donner une idée, pour notre logement à quelques encâblures du centre-ville, la council tax s’élève à 140 livres par mois. Ce n’est pas rien… Mais ce tarif inclut l’eau froide. Ca console. La council tax ne varie pas forcément en fonction de la taille du logement mais plus en fonction des aménagements du quartier. C’est réparti par tranche (Band) de A à H, variant de la centaine de livres à près de 300 par mois. Elle court d’avril à mars et peut être revue à la hausse ou à la baisse tous les ans.

Gérer son installation en Ecosse : internet, énergie…

  • Téléphone : vous trouverez tous les grands fournisseurs sur Princes Street à Edimbourg, ou en ligne. EE, Vodaphone, O2… Vous choisissez ! On trouve les formules internet / téléphone / SMS habituels.
  • Internet à la maison : en général, ce sont les mêmes fournisseurs. Chez moi, n’ayant pas besoin de téléphone fixe ou de télévision, j’ai un abonnement chez NowTV à £18.
  • Energie : ici, tout est privatisé, vous pouvez donc choisir votre fournisseur : Scottish Gas, Eon et d’autres… Mon conseil de feignasse ? Appelez le fournisseur du locataire précédent et demandez un bon prix 🙂

Pour ce qui est de l’ameublement, nous avions consacré un article à nos astuces pour trouver des meubles pas chers, voire gratuits, à Edimbourg

Ouvrir un compte en banque en Ecosse

Voilà peut-être l’aspect le plus aléatoire, encore plus aléatoire que la recherche de logement ! Avec la situation politique un peu instable actuellement, certaines banques traînent des pieds pour ouvrir des comptes aux Européens et vous demanderont mille pièces justificatives. Le truc, c’est qu’un compte en banque est nécessaire au plus vite après l’arrivée – qui aime se balader avec des liasses de billets ? -, il faut donc se préparer.

  • Assurez-vous d’être inscrit sur la Council Tax de votre logement, ou au moins d’avoir une facture type gaz ou électricité à votre nom
  • Demandez une lettre de votre employeur pour décrire votre activité
  • Ayez votre passeport lors de votre rendez-vous.

Une fois le saint graal obtenu, vous aurez un compte et une carte de débit, que vous pourrez compléter plus tard par une carte de crédit, utile pour louer des véhicules, et un compte épargne.

Mon conseil : optez pour une banque en ligne au départ, ça va grandement vous simplifier la vie, même en restant sur un compte « gratuit », type Revolut ou quoi que ce soit. Vous pourrez alors prendre le temps pour ouvrir votre compte en banque.

Obtenir un « National Insurance Number »

Pas indispensable pour commencer à travailler, le NIN, national insurance number, est le numéro magique pour exister au Royaume-Uni. Pour l’obtenir, rien de plus simple. Il suffit de passer un coup de fil au Job Centre (pas la peine de passer, j’ai essayé, ils renvoient toujours sur la plateforme téléphonique) où l’on donne quelques renseignements avant de se voir attribuer une date de rendez-vous. Personnellement, j’ai eu mon rendez-vous une semaine après mon coup de fil. Lors du rendez-vous, on remplit patiemment un document qui est ensuite tapé dans un ordinateur par un employé, c’est assez longuet mais pas très compliqué. Surtout que je l’ai fait en ayant déjà un emploi. Ensuite, le numéro met entre quatre et huit semaines à arriver, et il faut le transmettre à son employeur afin qu’il figure sur les fiches de paye.

N’oubliez pas : il n’est pas obligatoire pour commencer à travailler. Du coup, on ne se stresse pas, pas la peine de vous embêter à appeler avant votre arrivée au risque de louper votre rendez-vous. Croyez-moi, vous aurez d’autres chats à fouetter.

Choisir un médecin traitant

  • Inscrivez-vous au centre de santé de votre quartier en suivant les recommandations du site  NHS24. Vous tapez votre code postal et le site vous indiquera où vous pourrez aller vous inscrire. Pour le nôtre, il y avait un jour par semaine où on pouvait s’y rendre. Mais les places étant limitées pour les nouveaux patients, mieux vaut y être très tôt afin d’être sûr de pouvoir s’y inscrire. Sinon il faut attendre la semaine suivante. Pour l’inscription, un justificatif de domicile et un questionnaire à compléter et le tour est joué. Vous voilà inscrits au cabinet (GP Surgery).
  • Il y a plusieurs médecins et infirmières dans chaque cabinet, et aussi une sage-femme. Les consultations se font sur rendez-vous (sauf en cas d’urgence, mais là, armez-vous de patience) et en général il faut appeler le matin à l’ouverture du centre pour avoir un rendez-vous dans la journée. Si vous avez un besoin spécifique, type consultation gynécologique ou autre, précisez-le au moment de votre prise de rendez-vous.
  • Détail qui a son importance : les consultations générales et médicaments prescrits sont  gratuits.

Et le reste ?

Apprendre l’anglais

Il existe de nombreuses associations et écoles proposant des cours d’anglais, à tout niveau. Certaines, comme Venture English, proposent des cours en petit comité le matin et des activités l’après-midi. Sinon, on m’a aussi dit beaucoup de bien du British Study Centre, où des professeurs en formation s’entraînent en proposant des cours gratuits.

Se faire des amis 

Sociabiliser dans un nouveau pays n’est pas toujours chose aisée. On vous recommande d’essayer de ne pas rester dans les cercles francophones afin de profiter pleinement de votre expérience, même si, bien sûr, c’est également un réseau très utile. Comme partout ailleurs, Meetup organise des événements thématiques où vous pouvez vous rendre seul ou accompagné et rencontrer des gens qui partagent vos centres d’intérêt ou qui souhaitent faire des activités ensemble.

Ne négligez pas non plus le monde associatif, selon vos centres d’intérêt : vous rencontrerez des gens passionnés, généreux, prêts à vous faire entrer dans leur univers. Pour trouver des idées, faites un tour sur Volunteer Edinburgh par exemple.

Merci à vous de nous avoir lus jusque-là ! N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires…

Written By
More from French Kilt

Eilean Donan Castle, le château écossais qui vaut plus qu’un détour

Si le nom ne vous dit rien, sa silhouette saura sans doute...
Read More

5 Comments

  • Je viens de lire ton post et ça me fait penser: vous avez pas Three Mobile en Ecosse? Pour £13 ou £14 (je sais plus), sans contrat tu as internet illimité et tout et tout mais surtout tu as les « feel at home destinations » dont la France fait partie: en gros tu utilises ton tél comme au UK mais dans une vingtaine d’autres pays. Donc si tu as illimité au UK, ça veut dire que tu as illimité en France, Espagne, Pays Bas…Après je connais pas EE, ils ont peut-être une offre encore mieux.

    Au niveau des GPs: les prescriptions coûtent quelque chose comme £8 en Angleterre, c’est différent en Ecosse? Sinon, si on a « la chance » d’avoir une maladie qui nécessite un traitement médical permanent, on peut demander une carte d’exemption et du coup, on paie aucun médicamment tant qu’on la montre au pharmacien (même si c’est des médocs qui font pas partie du traitement habituel). C’est le GP qui fournit les infos sur ce sujet et la carte est valable 5 ans et quelques après quoi il faut la renouveler.

    C’est marrant, j’ai toujours assumer qu’en Ecosse le système était le même qu’en Angleterre, comme quoi 🙂

    • Hello Lucie !

      J’ai jamais entendu parler de three mobile mais sinon il y a giff gaffe aussi, qui est moins cher et cool, mais il faut un compte bancaire pour commencer et j’avais besoin d’une sim rapidement. Par contre je vais regarder pour Three Mobile, comme je vais quand même super souvent en Allemagne et en France ça serait top ! Merci !

      Pour les GP, j’ai pas encore testé mais pour Camille, c’était gratuit… En effet, c’est peut-être un différence écossaise ? Il faut creuser. Je crois qu’il y a pas mal d’aspects plus « sociaux », notamment sur le coup de l’université… Ici, si tu es Ecossais ou au moins Européen (je cherche des infos là-dessus, ça marche pas si tu as déjà des diplômes et tout) l’université est gratuite voire très peu chère. Mais je suis pas très sûre de moi, c’est à vérifier.

      Merci et gros bisous !

  • Super blog que je voiens de découvrir. Je vis ici depuis 12 ans et certaines choses ont bien changé depuis mon installation, et l’article sur le mariage est super (je me marie a mon écossais l’an prochain). La galère c’est la fermeture du consulat, quel dommage pour nous expat.

    Pour répondre à la question de Lucie, les médicaments sont payants , rarement gratuits à part la pilule contraceptive, du au taux élevé de grossesse de mineures. Aussi, ici en pharmacie, on attend bien plus qu’En France, car le pharmacien prépare exactement la quantité de médicament prescrite, ca évite le gaspillage et abus de medoc! Et 3Three Mobile, ça existe aussi ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *