Expatriation en Ecosse : notre je-t’aime-moi-non-plus avec la gastronomie française

La question de nos habitudes alimentaires de Français installés en Ecosse revient souvent : nous nous sommes enfin posés la question de notre relation à la gastronomie française. On vous raconte pour l’occasion notre découverte de la box Les Délices Français, et surprise, on a glissé un petit cadeau dans l’article !

Où est mon marché, où est ma baguette ?

Déménager à l’étranger ne m’a pas poussée à idéaliser la gastronomie française. Non, le boeuf bourguignon ne me manque pas. Je ne suis pas à la recherche du parfait éclair à la vanille à Edimbourg. Je n’ai pas touché un seul croissant ici, quel intérêt ?

Je confesse que la croûte du pain me manque, de temps en temps. Mais rien d’insurmontable : il est si facile de changer une habitude. Les habitudes, justement : plus qu’un aliment ou une marque, c’est les différences d’accès à la nourriture qui m’a un peu heurtée au début. J’ai laissé derrière moi le marché de l’Estacade quotidien à Grenoble, et me voilà, ici, forcée de choisir des légumes dans les supermarchés. Les alternatives sont rares et logistiquement un peu compliquées. OH WELL.

J’aime aussi bien l’exemple de ma consommation de fromage. J’aime beaucoup le fromage, quand je rentre en France, j’en ramène toujours un ou deux, et ça fait plaisir. Mais c’est tout, je n’ai jamais vraiment envie d’acheter du fromage français ici – exception faite pour la raclette annuelle avec Camille et Tao – notamment parce qu’il est bien plus intéressant de goûter les fromages écossais. Au début, j’avais un regard un peu méprisant, mais j’ai appris à apprécier les différents cheddars, à tomber amoureuse du brie des Highlands et d’autres délicieux produits. Je ferai un article spécial fromages écossais bientôt, tiens. Et puis d’ailleurs, je n’aimais pas le bleu en France, mais ici, il est différent et bien meilleur à mon goût !

Aujourd’hui, j’ai vraiment du mal à me dire si certains aliments français me manquent réellement ou pas. Naturellement, c’est toujours un plaisir quand quelqu’un ramène un pot de cancoillotte, un chocolat qu’on aime, ou – plus récemment – du caramel au beurre salé, qui eut un immense succès auprès de mes colocataires écossais, merci Elise. Mais c’est loin d’être une obsession. Si ça l’était, je vivrais tout simplement… En France.

Petite confession : pour l’un des derniers dîners en extérieur, sur l’île de Skye (je vous raconterai la semaine prochaine) j’ai réalisé après qu’on avait sélectionné quelques produits français, par habitude : un vin du Languedoc et de la tapenade !

Ok, ok, on aurait pu faire local pour la bière…

Une box pour savourer des mets français quand on vit loin

Récemment, Claudia, qui a lancé la box « Les Délices Français« , nous a proposé de nous envoyer une box à tester. Le concept est simple : tous les deux mois, Claudia concocte une box de produits gastronomiques français à destination des Français qui vivent à l’étranger. Une sélection sur le volet pour permettre aux expatriés de retrouver des saveurs qu’ils connaissent, mais aussi de surprendre leur palais. Malin !

Photo Les Délices Français - Brice Le Goasduff
Photo Les Délices Français – Brice Le Goasduff

A chaque édition, sa thématique. Nous sommes chanceux, c’est la box estivale que nous recevons. On y trouve plein de petits délices qui ont accompagné parfaitement notre dernier barbecue à la plage : un confit de cornichons, des poivrons marinés, des petits biscuits apéritifs au fromage, une bouteille de limonade à la mangue, une terrine, des galettes aux pommes… Le petit détail qui plaît : on trouve aussi, dans la boîte, des idées de recettes qui vont avec les produits envoyés.

Les délices français

En dégustant les produits de la box Les Délices Français, le plaisir fut double : on retrouve certaines saveurs mais surtout, on en découvre de nouvelles : le confit de cornichons, je ne connaissais pas, mais j’approuve ! Trouver de tels produits dans sa boîte aux lettres fait partie des petits plaisirs de la vie à l’étranger et je dois dire qu’on a eu trop la classe en arrivant au barbecue avec nos petits légumes et notre terrine ! Nos amis écossais ont beaucoup apprécié, eux aussi…

Les délices français

Offre spéciale pour les lecteurs de French Kilt : que vous viviez en France ou ailleurs, Claudia vous offre les frais de port pour Les Délices Français. Et en plus, pour la rentrée, il y a une grosse promotion sur les box, c’est donc l’occasion de tester : la box coûte 24,90€ au lieu de 34,90€. Le code à indiquer pour avoir les frais de port offerts est celui-ci : FRENCHKILT. L’offre court jusqu’au 30 septembre. Dites-nous ce que vous en avez pensé !

Les clichés que l’on entend en Ecosse

J’ai un peu l’impression que, pour les Ecossais que nous rencontrons, la nourriture est un sujet sérieux pour nous, les petits Français. Ils prennent leurs précautions. Nous demandent mille fois si vraiment, on aime ceci ou cela. Alors que ça doit être tellement mieux en France. Du coup je passe mon temps à répéter que, même si c’est peut-être moins flagrant, en France, plein de gens mangent au fast-food, achètent des plats surgelés, ne cuisinent jamais. Et c’est loin d’être un drame. J’essaye de rassurer ceux qui sous-estiment leur propre gastronomie. Mais souvent, aller au restaurant français, pour eux, c’est s’assurer de goûter à des mets délicieux. C’est sans doute le cas : la seule différence, c’est qu’ils ne se rendent pas compte que nous ne mangeons pas ainsi tous les jours de la semaine…

Scottish breakfast
Comme si les Ecossais s’enfilaient un petit-déjeuner traditionnel tous les matins !

Assez régulièrement, on me demande de choisir le vin, ou, encore plus drôle, d’ouvrir les bouteilles quand – c’est rare – le bouchon est en liège. Je me prête docilement au jeu du bouchon mais je refuse de choisir le vin, pour la simple et bonne raison que je n’y connais rien. Mais bon, le bouchon de liège, je gère 🙂

Heureusement, on me parle assez peu de cuisse de grenouilles…

Où trouver des aliments français à Edimbourg ?

Je préfère ne pas m’étendre sur les restaurants français, le peu que j’ai vu ne m’ayant pas convaincue. Pour ce qui est du shopping, je suis déjà passée par deux épiceries fines : Henri, dans le quartier de Stockbridge, et Karine, à Morningside (ouais, c’est drôle, on dirait un vieux couple). On y trouve des produits de qualité, à des prix plutôt élevés, ce qui s’explique par le coût de l’import. Ce qui m’a donné le plus envie ? Un paquet de Petit LU.

Karine Epicerie

D’autres lieux vendent des produits made in France : plusieurs épiceries fines de Stockbridge (elles font légion), j’ai notamment goûté un très bon St Félicien, vendu à 8 pounds. Mon âme de Grenobloise n’a pas cédé. Dans les grands supermarchés, on trouve les marques de brie et de camembert généralistes, mais rien de plus intéressant que ça. Information importante : un artisan propose des fromages français tous les weekends sur le marché de Stockbrige. A noter pour votre prochaine crise de fromagite. Mais ne me posez pas la question du pain : je cherche encore.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sarah

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

Le Chardon #6 : Dernières semaines de salariat…

Vendredi 8 février. C’est difficile à croire, mais dans 20 jours, je...
Read More

2 Comments

  • Article bien sympa… Au long terme, j’ai fini par dire « moi aussi »… Et après 20 ans d’immersion culturelle totale (et de dos tourné à la France) au R.U. dont 17 en Ecosse, j’assume désormais (depuis 3-4 ans) un certain retour à la culture française : France Inter le matin, pain et fromage français régulièrement… Parce qu’avec le temps, ça fait du bien de rééquilibrer les deux appartenances… Mais ça n’est pas une obsession du franco-français, plus une envie de certaines choses : si j’ai une envie de bon jambon blanc, par exemple, je le chope dans une épicerie polonaise super pas chère, Bona Deli à Newington, qui fait aussi un poulet fumé delicieux… But anyway… Parlons peu mais parlons pain ! Pour une excellente baguette cf. « Dough Re Mi Bakery » , soit à la boulangerie elle-même (sauf que chaque fois que j’y vais c’est fermé !) soit chez Mellis à Stockbridge qui fait dépôt de pain… (Baguette Dough Re mi à £1.20). Pour le fromage, on évite justement Mellis pour les fromages français (arnaque !) et on se tourne en effet vers Cédric, au marché de Stockbridge, type super sympa et en plus, honnête. Il me semble que Cédric lui ne jure que par la baguette de la Wee Boulangerie à Newington, c’est vrai que c’est un endroit super, mais j’aime surtout leurs boules, délicieuses, et qui durent des jours et des jours, super pour le pain grillé du matin…

    • Hello Angie et merci pour ton super commentaire ! LA prochaine fois que je passe à Stockbridge je tente tout ça.. Mais je suis d’accord avec toi, faut juste suivre les envies, au fond. En ce moment, je craque un peu sur du bon chocolat, comme je trouve le même que j’appréciais en France. Mais c’est toujours par phases 😀
      D’ailleurs je fais un saut en France la semaine prochaine, j’ai même pas encore pensé à quoi ramener ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *