La distillerie de Harris, coup de coeur pour un coup de maître

harris distillery scotland

Impossible de la manquer en arrivant à Tarbert, sur l’île de Harris : la distillerie toute neuve se dresse fièrement face au port. Lancée en octobre 2015, nous la visitons un an tout juste après son ouverture. Ici, on distille du whisky mais aussi du gin ! Belle histoire, visite intéressante et savant coup : on vous raconte tout.

harris distillery scotland

Une distillerie à Harris, pourquoi ?

L’île de Harris, comme beaucoup d’autres dans les Hébrides, souffre du fait que les jeunes la quittent pour étudier, travailler, vivre, ailleurs en Ecosse ou dans le Royaume-Uni. A peine 2 000 personnes vivent sur Harris, forcément, il n’y a pas énormément d’emplois ou de perspectives. Tarbert, le bourg de l’île, est un gros village calme, où les anciens revêtent leur plus beau costume chaque dimanche et vont à la messe en portant leur Bible sous le bras. Une fois par jours, un ferry s’y amarre, quelques bus s’y arrêtent.

harris distillery scotland

Anderson Bakewell, qui n’est pas un natif de Harris mais y voyage depuis des décennies, a eu un coup de coeur pour cet endroit et a imaginé des solutions pour faire travailler les gens sur l’île tout en montrant au reste du pays (voire du monde) les richesses de Harris. Idée du siècle : il crée une distillerie de whisky ! Encore plus malin : on y distillera aussi du gin puisque cet alcool se produit très rapidement et permettra de faire exister la distillerie dès le jour 1.

Bakewell met un point d’honneur à valoriser les richesses de l’île, tant naturelles que humaines : on utilise les produits locaux, et surtout, on forme les Harrissois et Harrissoises (oui, j’invente). Les distillateurs qui font aujourd’hui le whisky et le gin de Harris ne connaissaient rien à cet univers avant d’avoir été méticuleusement formés et envoyés dans toutes les distilleries du pays. Un sacré pari !

Bien que l’on ne pourra pas goûter au whisky de Harris avant 2020, la distillerie est déjà victime de son succès : 47 000 bouteilles de gin ont été vendues la première année, alors que l’objectif était fixé à 15 000, apprend-on durant la visite.

harris distillery scotland

Une visite de la distillerie très bien organisée

Samedi matin, ciel grisonnant sur Tarbert. On quitte l’auberge Backpackers Stop pour découvrir enfin la magnifique distillerie. L’interieur est superbe : on est accueilli par un beau feu de tourbe, l’espace est très apaisant, très bien mis en scène. On se sent juste bien. La visite coûte 10 pounds et dure environ 1h30.

La visite commence par une petite présentation / dégustation. Le guide est chouette et l’histoire intéressante mais je bloque : on nous fait goûter du whisky alors que ledit whisky est encore en train de faire la fête avec les levures, le sucre et tout le tintouin pour se distiller tranquille. « On vous fait goûter un mélange de plusieurs whiskies pour vous donner une idée de ce que l’on recherche en termes de goût ». Je ne suis pas DU TOUT convaincue. Les connaisseurs de whisky seront blasés. Les non connaisseurs de whisky, de toute manière, ne trouveront aucune information ou expérience intéressante dans ce mix de whiskies. Je ne sais pas. Je suis un peu déçue. Qu’on nous fasse goûter du gin, voyons ! Nous en auront à la fin, mais seulement parce que j’ai demandé au guide, je crois que ce n’était pas prévu : il était embêté, il a pris une bouteille et nous a filé des petits gobelets par-dessus la caisse.

img_3951

Mais : il y a aussi une chose que j’ai adoré lors de cette introduction : l’explication des saveurs. Grâce à un boulier fait en Harris Tweet (obligé) le guide nous montre quelles seront les saveurs présentes dans le whisky à venir. Et c’est mille fois plus intéressant que de goûter un « faux » whisky. On apprend que le whisky de Harris sera assez tourbé, mais pas extrêmement, et qu’il aura beaucoup de saveurs fruitées. On évoque la tarte aux pommes ou aux prunes. Très peu de sulfures, mais beaucoup de vanille grâce aux tonneaux tout droit venus du Kentucky.

Notre défi, c’est d’avoir un bon premier cru. Si c’est le cas, on sera confiant pour la suite. Si il n’est pas très bon, ce sera difficile pour nous.

Notre guide, visiblement, est très impatient.

La visite continue à l’étage. J’apprécie beaucoup les stratagèmes trouvés pour nous faire apprendre des choses : des bonbons Jelly Beans pour essayer les saveurs, des petites boîtes odorantes, des jolis pots. C’est novateur et ça fait du bien ! On voit les végétaux utilisés pour le gin, on les touche on les sent. Ainsi, on ne les oubliera pas…

Je trouve que toutes les couleurs vont bien ensemble… La distillerie de Harris sait faire preuve de goût !

harris distillery scotland

harris distillery scotland

harris distillery scotlandOn passe ensuite dans la salle des alambics, où l’on peut exceptionnellement faire des photos aujourd’hui. Les alambics, j’adore. J’adore les formes, la couleur de zinc, les petits hublots. Bon, l’alambic pour le gin est un peu relégué dans un coin sombre, mais c’est normal, il est tout petit !

harris distillery scotland

On va ensuite faire coucou au whisky qui dort dans les tonneaux. Là, pas de photos possibles ! Des gens, des cafés, des bars, se sont offerts des tonneaux entiers et ont leur nom peint sur le bois. J’ai tiré les vers du nez du guide pour savoir le budget : comptez plus de 9000£ pour un tonneau. A déguster dans quelques années…

Une bouteille de gin qui marque

Dans la salle des tonneaux, il y a aussi la machine à étiqueter le gin. C’est du coup le moment pour moi de vous parler de la magnifique bouteille de gin de la distillerie de Harris. Faite d’un verre bleuté et strié, elle a quelques imperfections adorables, qui la rendent unique et qui – c’est fait pour – la rendent très agréable à tenir. C’est une bouteille qu’on a envie de toucher.

harris distillery scotland

En 2016, la bouteille a reçu le prix de la « Best spirit bottle » et on comprend pourquoi. Le moto de l’entreprise est gravé sous le cul de la bouteille, il y a plein de petits détails jolis, et l’étiquette en elle-même est magnifique avec son papier recyclé. Plus tôt dans l’année, une pénurie de bouteille a freiné toute la chaîne, en offrant, en même temps, un joli coup de pub à la marque.

« Et attendez la bouteille de whisky : elle est encore mieux », prévient le guide. Bon, ça va, là, les chevilles ?

Un coup de génie marketing

La visite de la distillerie a été très instructive : on a découvert un très beau produit écossais, le gin de Harris. Et le whisky est lui aussi prometteur. On a découvert des produits naturels mis en valeur dans le gin, comme le varech (sugar kelp) qui donne un goût iodé et marin au gin.

Mais surtout, on a pris une bonne leçon de marketing : joli storytelling, avec le patron qui tombe amoureux de l’île et qui veut « sauver » ses habitants en créant un projet dynamique sur l’île. Jolie défense du « made in Scotland » et de la richesse du patrimoine local. Belle défense des valeurs humaines : les salariés de l’entreprise sont véritablement mis au premier plan de l’entreprise, on fait leur portrait durant la visite, le facteur humain joue vraiment beaucoup et c’est très bien.  On ne peut que se sentir proche d’une telle entreprise ! Jolie création de marque, forcément, avec un design épuré, chaleureux, simple et brut, à l’image de l’île. Susciter le désir, également une bonne stratégie : whisky pas encore disponible, rupture de stock du gin…

harris distillery scotland

Résultat, en un an, la marque de la distillerie de Harris a fait une entrée fracassante dans l’éventail du patrimoine culturel et gastronomique écossais. On ne peut que saluer ce coup de maître !

Pause déjeuner au café de la distillerie de Harris

Forcément, on finit gourmand : nous sommes restés à la distillerie pour le déjeuner, où il y a une petite « cantine ». Au menu : deux bonnes soupes faites maison. On fait simple mais bon ! L’espace est très joli et permet de faire durer un peu l’impression de confort du hall de la distillerie. Je m’offre également un scone, très bon et surtout très copieux. Du côté du staff, ce sont également des habitants de Tarbert et des alentours. On continue à faire dans le très local et c’est important ! La distillerie est un bon endroit où déjeuner à Tarbert, où il n’y a de toute manière pas beaucoup d’options, surtout en basse saison. Alors pourquoi ne pas goûter, et se laisser tenter par une jolie bouteille de gin en repartant ?

De la distillerie de Harris, je retiendrai une impression de chaleur et de sérénité vraiment marquante, et que je n’attendais pas du tout. Je garderai un oeil sur cette entreprise sociale, positive, optimiste. La passion de chacun est très palpable, et même si la fierté du guide fut parfois un peu lourde, on ressort de là en se disant « waou, les gens font des trucs déments ici ». Et c’est bien.

harris distillery scotland

 

 

Sarah

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

Séquence émotion : deuxième bougie pour French Kilt

Lundi matin, 25 septembre, 7h25. Décollage imminent. Je suis à Sumburgh, au...
Read More

2 Comments

  • Bel article, beau reportage.
    Ça va être dur d’attendre jusqu’en 2020!
    Continue comme ça, bernard

  • Visitée il y a quelques semaines . Même retour extrêmement positif, voir plus : pendant la visite il font maintenant goûter (dans la salle du bas) au « distillât » de whisky, encore transparent, qui sort de l’alambic (en peu rude à 10h du matin, mais extrêmement instructif, surtout sur l’usage (d’un peu) d’eau à mélanger au whisky. Puis une fois en haut, on nous a fait gouté le gin. Visite géniale !!!

    Les reste des Hébrides est fabuleux!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *