Scotch Whisky Experience : découvrir le whisky par le menu à Edimbourg

En plein sur le Royal Mile, à deux pas du château, une jolie bâtisse – qui est une ancienne école – abrite la Scotch Whisky Experience, un musée dédié au produit écossais le plus connu dans le monde, le whisky. J’y suis allée y faire un tour pour réviser un peu.

C’est marrant : j’ai attendu plus d’un an et demi avant de visiter la Scotch Whisky Experience, l’un des passages obligés du parfait touriste à Edimbourg. Sans doute parce que je me dis à chaque fois « je pourrai le faire plus tard ». Mais ce coup-ci, mon pote Antoine, de passage, avait bien envie de siroter un whisky de bon matin tout en apprenant des choses intéressantes sur ce mystérieux breuvage. En route.

Un musée entièrement dédié au whisky

Si la première étape de la visite m’a laissée de marbre, j’ai passé un très bon moment dans les étages de la Scotch Whisky Experience et j’ai eu la chance de parler à plusieurs personnes passionnées par le whisky. Et ça… Ca compte.

La première étape, c’est tout simple : un train-fantôme-sans-fantôme-mais-avec-des-wagons-en-forme-de-tonneau emmène le visiteur à travers plusieurs panneaux qui survolent les étapes de fabrication du whisky. Jolie prouesse technique, mais pour moi, le charme n’a pas opéré. A l’étape suivante, la maturation du whisky est expliquée de manière très didactique, et j’aime bien. Ouais, quand je comprends un truc, j’aime bien. Nous sommes ensuite invités à nous asseoir dans une salle ronde, où l’on nous projette un film magnifique sur l’Ecosse et les différents terroirs du whisky.

N’étant pas une fan immense des films de musées, je dois dire que celui-ci m’a vraiment fait voyager : très beaux plans aériens, vues à couper le souffle, paysages sereins et poétiques… On capture là un vrai bout d’âme d’Ecosse et je pense qu’aucun d’entre nous n’a quitté la salle sans l’envie d’aller faire un tour dans le nord.

Ah, j’oubliais : avant la séance, on nous distribue un petit carton avec une carte de l’Ecosse, qui présente les cinq grands terroirs d’Ecosse : les Highlands, les Lowlands, le Speyside, Islay et Campbeltown. Durant le film, nous sommes invités à « gratter » la carte pour sentir quelques arômes qui composent le whisky. On ne sent pas l’odeur du whisky directement, mais les différentes influences : une odeur tourbée, par exemple, ou une odeur florale… Je trouve l’idée excellente : stimuler tous les sens, ça parle à tout le monde, et passer des messages simples comme ça peut permettre à n’importe qui d’acquérir une connaissance sur le whisky, produit élitiste par excellence. Cela dit, pour moi, ça n’a pas trop marché : les odeurs ne m’évoquent pas grand chose. Peut-être n’ai-je simplement pas le nez ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le goût du whisky au centre de tout

A l’étape suivante, on sent la tension grimper : le guide nous installe dans une pièce où il nous explique aussi qu’en Ecosse, on fait du « blend » whisky, un mélange de whiskies. Les animations sont vraiment très bien faites : on voit une bouteille de whisky prendre feu sous nos yeux (c’est sans doute ce qui a dû convaincre Mélenchon pour ses hologrammes), on est tous captivés comme des enfants.

On nous demande alors de choisir une couleur, en fonction de ce qui nous a le plus intrigué lors de l’étape « sniffage » de cartes. Je choisis Campbeltown, Antoine a un faible pour les Lowlands. On nous sert alors un whisky à goûter, que nous allons savourer dans un lieu incroyable : la plus grande collection de bouteilles de whisky du monde ! Elle a été composée par Diago Claive Vidiz, un Brésilien passionné de whisky, qui a alors souhaité que ses précieuses bouteilles rentrent au pays.

Derrière la porte, c’est plus de trois mille bouteilles de whisky, de tous âges et de tous les coins de l’Ecosse, qui dorment sur des étagères, sous une jolie lumière orangée. Les miroirs donnent une impression de labyrinthe, on se croit dans un rêve. On apprend à déguster le whisky, en le sentant d’abord, en le goûtant ensuite, avec ou sans la petite goutte d’eau qui va bien.

Je prends un moment pour revenir sur mes pas et parcourir encore le chemin parmi les milliers de bouteilles. Certaines semblent entamées : ce sont les plus vieilles, leur étanchéité laisse à désirer et le whisky s’évapore… La part des anges, bis repetita.

En ressortant de la collection, j’ai vraiment l’impression d’avoir été ailleurs. Et comme on ne veut pas retourner dans le vrai monde, Antoine et moi nous installons au bar et poussons encore plus loin la conversation sur le whisky avec les barmen du jour, intarissables.

La prochaine fois, je prolongerai encore un peu plus loin l’expérience, en essayant le restaurant du musée, qui s’appelle Amber. Des produits écossais, frais et simples, il ne faut rien de plus. Ah si : un petit whisky pour faire passer le tout !

Sarah

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Scotch Whisky Experience : découvrir le whisky par le menu à Edimbourg

Faut-il oser voyager en Ecosse en août ?

Scotch Whisky Experience : découvrir le whisky par le menu à Edimbourg

Trinquer avec des Vikings des Shetland à Glasgow

Newer post

There are 2 comments

  1. tiphaine

    Entièrement d’accord. J’y suis allée avec mes parents en avril, et aucun de nous 3 ne s’y connaissait. Effectivement la première partie, même si elle est très bien faite, fait vraiment gadget. Mais j’ai vraiment accroché au film, et le concept de la carte avec les odeurs est très sympa. et que dire de toutes ces bouteilles ! même si je ne suis pas une grande fan de whisky, c’est quand même fascinant !

Post a comment