S’installer en Ecosse : les questions que vous nous posez

edinburgh edimbourg ecosse scotland

Quand on veut s’installer en Ecosse, les questions ne manquent pas. Très régulièrement, nous recevons des questions de lecteurs et nous avons pensé qu’il serait intéressant de les compiler et de partager nos réponses avec tout le monde. Si vous en avez d’autres, les commentaires sont là pour ça ! Beaucoup d’infos sont aussi données dans notre check-list de l’expatriation.

Avec quel budget de départ partir ?

Il y a quelques temps, une lectrice me demandait s’il était possible de déménager en Ecosse avec 900 euros en poche. Si la question est difficile à répondre puisqu’il est en fait impossible de donner un montant précis tant les situations sont différentes, le logement semble être l’un des postes principaux du budget du petit expat.
Les questions à se poser : allez-vous vivre en colocation ? Espérez-vous travailler quelques heures par semaine dans une auberge en échange d’un lit ? Souhaitez-vous louer votre propre logement ?

Il est difficile de s’assurer un logement avant d’arriver en Ecosse. Personnellement, j’ai eu de la chance (merci Tao et Camille). En préparant leur projet d’expatriation, Tao et Camille sont venus quelques mois avant leur déménagement avec pour mission de trouver un logement. Et ils ont réussi ! Une fois un bail signé, il est plus facile de s’organiser. Pour revenir à la question du budget et comme nous le disions précédemment : il faut voir s’il on peut payer plusieurs mois de loyer d’avance, puisque les nouveaux arrivants sur le sol britannique manquent en général de preuves de solvabilité.

En septembre, j’ai rencontré énormément de gens dans mon auberge qui cherchaient désespérément une chambre. Il faut donc savoir qu’août et septembre sont des périodes compliquées. Quelle stratégie adopter ? Le plus sûr serait de louer une chambre ou un petit appart sur AirBnb pour quelques semaines pour commencer, histoire d’avoir un petit chez-soi et se donner du temps pour trouver un logement.
L’autre question importante en terme de budget est le projet professionnel : cherchez-vous un emploi sur place ? Qualifié, non qualifié ? Pouvez-vous travailler en freelance ? A moins d’être recruté en avance ou parachuté par son entreprise, il faut s’armer de courage et partir en mission CV en arrivant dans sa nouvelle ville.
Il faut donc prévoir assez d’argent pour couvrir les dépenses du quotidien avant d’avoir un nouveau salaire. C’est tout à fait faisable, mais il faut savoir que le niveau de vie en Ecosse est un peu plus élevé qu’en France.

Quel niveau d’anglais faut-il avoir ?

Tao, Camille et moi avons un niveau d’anglais que nous décririons comme plutôt bon, puisque nous parlons cette langue absolument tout le temps. Personnellement, je pense que j’avais déjà un bon niveau avant d’arriver, ayant pas mal voyagé et fréquenté pas mal d’étrangers en France. Merci, aussi, aux séries télévisées ! Cela dit, la langue ne doit pas être un frein : je connais beaucoup de Français qui sont arrivés avec un niveau d’anglais assez faible mais qui, très rapidement, se sont habitués et on dompté le langage. Un peu d’exercice et le tour est joué !

Comment s’habituer à l’accent écossais ?

En un an, je réalise clairement que j’ai adopté l’accent écossais et que je sais à présent le décoder. Parfois, je dois vraiment me concentrer pour saisir le phrasé de certaines personnes que je rencontre, mais de l’autre côté, j’ai aussi pris quelques habitudes, je roule quelques R, parfois, même, je me prends à dire « aye » à la place de « yes ».

Mon principal conseil serait de ne pas paniquer quand on discute avec quelqu’un qui a un fort accent, de se montrer attentif à la discussion et d’éventuellement demander à la personne de ralentir le flot. Surtout, ne pas dire « ton accent est trop fort » ou quelque chose comme ça, ce qui risquerait de frustrer l’interlocuteur.

Est-ce que le Brexit, ça change quelque chose ?

Tellement d’avis partagés sur cette question ! Le seul truc qu’on peut dire, c’est qu’on ne sait rien. Il y a peu, Camille racontait comment elle avait vécu son premier jour après le Brexit et pour être honnête, l’été a un peu enterré la question. Pour les ressortissants européens, la question reste grande ouverte. Aucun politique ne veut pour l’instant promettre que nous obtiendrons le droit de résider ici sans complication. Beaucoup d’expats se sentent traités comme une « monnaie d’échange » et c’est vrai que tout est assez flou.

Chez French Kilt, on préfère rester optimiste parce qu’on voit au quotidien à quel point les gens venus de tous les pays du monde sont bénéfiques et utiles à l’Ecosse comme au Royaume-Uni. Est-ce que cette situation politique doit rebuter les candidats à l’expatriation ? Je ne crois pas. Déjà, le calendrier est large, très très large. Et si je comprends l’inquiétude des gens qui sont là depuis des décennies, je me dis aussi que ceux qui sont arrivés plus récemment ont aussi plus de liberté de mouvement, si, dans le pire des scénarios, le Royaume-Uni demandait aux ressortissants européens de faire une demande de visa pour pouvoir rester.

Les étrangers sont-ils bien accueillis ?

Oui. Dans notre expérience, le contact avec les Ecossais, nos nouveaux voisins, nos nouveaux amis, a été naturel et agréable. Très souvent, le fait que nous sommes nés dans un autre pays est vu comme une vraie richesse, on nous félicite sur notre aisance à passer d’une langue à l’autre, sur notre connaissance du pays. On nous pose des questions, on échange. Mon expérience de migrante sur ce point-là est vraiment positive !
Ah, petite anecdote : un jour, j’ai dû refuser un monsieur de Manchester à mon auberge parce qu’il ne voulait pas présenter une pièce d’identité. Il est parti, fâché, disant que « ce n’était pas lui l’étranger dans la pièce ». Sourires.

Déménager en Ecosse en famille, c’est possible ?

On peut difficilement répondre, puisque nous n’avons pas d’enfant ! Nous avons eu plusieurs questions qui allaient dans ce sens. Ce qui ressort parmi les jeunes parents autour de nous, c’est le coût de la garde des enfants en Ecosse. C’est exorbitant, à tel point qu’en général, un parent met de côté sa carrière pour rester avec ses enfants jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’aller à l’école : entre travailler uniquement pour payer la garde et rester à la maison avec leurs petits, ils ont vite choisi. Certains m’ont expliqué que des parents s’arrangent entre eux et se mettent à mi-temps : les enfants vont tel jour dans telle famille, le jour suivant dans l’autre. On fait comme on peut.

Si c’est déjà assez compliqué pour les Ecossais, je n’ose imaginer le challenge pour une famille française qui débarquerait ici. J’ai récemment rencontré une famille française qui repartait à Paris parce que l’un des membres du couple ne pouvait pas continuer son activité à cause du problème de la garde des enfants. Dommage.

Comment avez-vous rencontré des gens ?

Un article sur le sujet arrive bientôt ! On garde nos conseils au chaud pendant quelques jours et on vous raconte tout…

Plein de gens à rencontrer... Dans les jardins de Princes Street.
Plein de gens à rencontrer… Dans les jardins de Princes Street.

Est-ce que vous gardez le moral ?

On a trop la pêche ! Vivre à l’étranger, c’est aussi être un perpétuel touriste. Bien sûr, on peut le faire en France aussi, mais il y a une certaine excitation à l’idée d’aller voir tel ou tel endroit, découvrir tel ou tel coin… C’est très motivant.

Ce qui a peut-être été dur côté moral, c’est le manque de lumière pendant l’hiver. Pas le froid, hein, juste le manque de lumière. Les journées qui finissent à 16h, pour moi, c’était assez difficile à apprécier, pour être honnête. Si vous avez des suggestions pour que ça se passe mieux cette année, je suis intéressée ! Ok, « ne pas attraper une pneumonie » serait un bon début.

Est-ce que la France vous manque ?

Personnellement, je dirais que non. Je retourne régulièrement « au pays » et je ne suis pas plus loin en temps de trajet de ma région natale, l’Alsace, que quand je vivais à Grenoble. La France ne me manque pas quand je suis en Ecosse, j’ai d’ailleurs un peu parlé de ça dans quelques articles ici, , ou encore . Je dois dire que lors des deux attentats que nous avons eu la terreur de suivre d’ici, en novembre et en juillet, c’était vraiment difficile de se sentir si loin. Hors de cette situation particulière, même si c’est toujours un peu difficile de louper anniversaires, repas de famille et week-ends entre amis, je crois que j’arrive à maintenir une relation de franche camaraderie avec mon pays natal.

Edit : le truc le plus utile qu’on m’ait ramené de France (à part un fromage de Munster) : des éponges. Des VRAIES éponges.

Quels conseils auriez-vous aimé avoir en partant ?

J’étais tellement sur tous les fronts, au début, que j’aurais bien aimé qu’on me dise que cette expérience à l’étranger serait comme la vie de tous les jours : parfois on fait rien, parfois on boude dans son lit, parfois on n’a pas envie de sortir. J’avais un peu oublié ça, en étant tout-feu-tout-flamme au départ, et en m’en voulant un peu quand mon corps flanchait. Alors que… Tout était normal ! C’est juste la vraie vie.

img_3081

 

Enregistrer

Sarah

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

French Kilt : trois ans, ou trois minutes ?

Trois ans. Aujourd’hui. Trompettes. Soupirs. Auto-congratulation. Doutes. Alors j’imagine, l’espace d’une seconde,...
Read More

4 Comments

  • Pour les éponges, bonne nouvelle : il y a en de vraies (enfin, oui, bon, voyez ce que je veux dire, quoi !) à Waitrose (un à Morningside, un à Comely Bank) et aussi dans certains grands Morrisons… (et dans les supermarchés de grande taille hors centre ville en fait)… Yes, I know : yippee ! Enjoy !
    PS – Le sauciflard de chez Waitrose (de marque Bastide) est bon aussi… Mais je m’égare…

  • Merci pour ce post très utile 🙂 C’est la deuxième fois que je vais en Ecosse, et je songe sérieusement à venir m’expatrier ici quelques temps, les gens sont tellement gentils, Edimbourg tellement agréable.. Vive l’Ecosse! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *