The Georgian House : Une journée dans l’artistocratie écossaise

De mars à novembre, 40 000 curieux poussent chaque année la porte de la Georgian House, située en plein coeur de New Town a Edimbourg. Cette demeure de maître, aujourd’hui gérée par le National Trust of Scotland, témoigne du style de vie des notables écossais à la fin du 18e siècle. On y va ?

Chez les Lamont, occupants de la Georgian House

Charlotte Square au printemps. Le soleil fait briller les pavés lisses et les cerisiers laissent filer des  pétales par poignées dans la brise matinale. Nous sommes au coeur de New Town, la ville nouvelle développée dans la seconde moitié du 18e siècle, pour répondre à l’étouffement du centre-ville moyenâgeux. New Town est l’opposé parfait de sa consoeur Old Town. Rue rectilignes, bien alignées, façades cossues, élégants escaliers. Devant les portes, de petites pièces de métal invitent les visiteurs à se décrotter les souliers avant d’entrer dans les univers riches et feutrés des maisons. New Town a été conçue pour répondre aux aristocrates d’Edimbourg qui désiraient vivre dans un univers plus sain et plus aéré que le putride centre-ville de l’époque. New Town, c’était in, c’était là qu’il fallait s’installer pour se montrer, se faire mousser, faire partie des hautes sphères.

Et c’est précisément là que le John Lamont, le chef du clan Lamont, fait construire sa demeure. Il pose les valises avec son épouse Helen et ses cinq enfants en 1796. Quand on visite la maison, c’est surtout à la vie de cette famille que l’on s’intéresse, puisque tout a été meublé et décoré dans l’esprit de ce tournant de siècle.

georgian house edinburgh

Quatre grandes pièces pour vivre comme un Lamont

Une fois mon ticket en poche, on m’envoie illico au deuxième étage, où un petit film raconte le style de vie de la famille Lamont, nobles mais endettés, au sommet de la hiérarchie sociale mais pourtant inactifs… Leur quotidien est fait de réceptions, de jeux, de distractions. Dans la maison, tout est pensé pour être montré. La machine à musique, la vaisselle, les tableaux de maître. Encore une fois, le mobilier n’est pas précisément celui de la famille Lamont, le National Trust of Scotland a étudié toute la documentation disponible pour meubler la maison au plus près de la réalité. Je me prends à penser aux filles Lamont en jetant un oeil sur Charlotte Square. Combien d’après-midi d’ennui à guetter la rue, à soupirer derrière les vitres ?

georgian house edinburgh

J’aime particulièrement le bureau, à l’étage, où la famille avait l’habitude de se réunir. Sur la table, des journaux d’époque ont été disposés. L’un d’eux apporte une grande nouvelle : la Révolution Française vient d’avoir lieu ! Un entrefilet qui en dit long… On découvre également la pièce appelée « drawing room »,  une salle de bal et de socialisation réservée aux soirs où l’on reçoit.  Enfin, la chambre, plus chaleureuse, me donne vraiment envie de faire une sieste au calme.georgian house edinburgh

georgian house edinburgh

georgian house edinburgh

La cuisine et la salle à manger donnent également une idée de l’activité intense que pouvait connaître cette maison. Grands dîners, enfilade de plats, et pour le vin… Au moins douze bouteilles par jour. A la vôtre !

georgian house edinburgh georgian house edinburgh georgian house edinburgh

La passion des bénévoles et le souci du détail

Même si, parfois, je trouve des limites à cette tendance à tout rendre ludique à l’extrême, j’ai vraiment apprécié la visite de la Georgian House. Calme, lumineuse, c’est avant tout un bel endroit à voir, de dehors comme de dedans. Ensuite, on y sent une belle énergie : 200 bénévoles se relaient pour l’entretenir et la faire vivre. Quand on entre dans une pièce, on se fait accueillir par un guide bénévole qui nous raconte ce qui se faisait ici, en ne lésinant pas sur les petites histoires. J’ai rencontré des personnes passionnées, curieuses, et surtout très fières de faire découvrir ce pan du patrimoine écossais.

La personnalisation de la bâtisse est très bien pensée, même si j’aurais aimé en savoir un peu plus sur les occupants suivants, puisque la maison a été habitée jusqu’en 1966. Presque 200 ans de petites joies et malheurs du quotidien. On ressort de la Georgian House avec l’impression d’avoir ressenti un peu du quotidien de la classe dirigeante d’il y a 150 ans. C’est beau, mais pas entièrement idyllique : on nous explique bien que la famille ne pouvait pas, en réalité, assumer ce train de vie et que beaucoup d’angoisses traversaient aussi le quotidien de ces familles qui vivaient pourtant avec une armada de servants.

Et pour ne pas se contenter uniquement de l’histoire des riches, pourquoi ne pas visiter également The Real Mary King’s Close, sur le Royal Mile, où l’on en apprend un peu plus sur le quotidien des petites gens ?

 

C’est où ?

The Georgian House, 7 Charlotte Square, Edinburgh EH2 4DR

On y va quand ?

De mars à novembre, tous les jours de 10h à 17h. Dernière admission à 16h30…

Ca coûte combien ?

7£ pour les adultes, 5,5£ en tarif réduit. Pour les familles : 16,5£.

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

Dans les coulisses de l’émission Echappées Belles à Edimbourg

Mai fut un mois intéressant dans la vie de French Kilt :...
Read More

1 Comment

  • Les photos sont magnifiques ! Et le décor donne vraiment envie de se perdre en imaginant un peu ce à quoi devait ressembler la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *