Sur les traces de Robert Burns à Dumfries

dumfries ecosse

Dumfries, tout au sud de l’Ecosse, est la ville de Robert Burns. Il y a vécu et y est enterré. Tout ou presque, dans la ville, rappelle la vie du poète : noms de rues, sculptures, portraits, noms des cafés… Le temps d’un weekend, je suis partie sur les traces du plus célèbre poète écossais et j’ai été charmée par cette petite ville discrète mais passionnante.

dumfries ecosse

Sur les traces de Robert Burns à Dumfries

Robert Burns a vécu plusieurs années à Dumfries, et c’est également ici qu’il est décédé et qu’il a été inhumé. Voici quelques lieux à visiter pour en apprendre plus sur ce poète pas comme les autres.

Burns House

La maison où vécut – et mourut – Robert Burns se visite gratuitement et est ouverte à tous du lundi au samedi. Constituée de quatre petites pièces, elle se visite rapidement : on peut y admirer plusieurs objets ayant appartenu au poète, de nombreuses premières éditions de ses ouvrages et beaucoup de tableaux en lien avec sa vie. A l’étage, sa chambre est sans doute la pièce la plus émouvante. Et dans la petite étude, où il travaillait, Robbie a gravé son nom sur la vitre avec le diamant de sa bague. Quel chenapan. Ce n’est pas nécessairement impressionnant mais c’est quand même fou d’imaginer Robert Burns s’amuser à laisser un petit graffiti sur sa fenêtre. C’est l’histoire à portée de main.

dumfries ecosse

dumfries ecosse

Le Burns Centre

Faisant aussi office de petit cinéma, le  Burns Centre se trouve au bord de la rivière, sur la rive opposée au centre-ville. On peut y découvrir une exposition très détaillée sur le quotidien du poète à Dumfries. C’est plutôt pas mal pour commencer, histoire de savoir à qui l’on a affaire. L’exposition fait vraiment le lien entre le poète et sa ville, c’est plutôt intéressant. On y apprend notamment qu’après la mort du poète – il était alors déjà célèbre – plusieurs Burns Clubs se sont formés à travers le pays. C’est ce qu’on appelle un vrai influenceur, lui.

dumfries ecosse

A l’office du tourisme, il est possible de récupérer cette brochure pour suivre le Burns Trail. On y découvre plein d’autres lieux liés à Burns : sa statue, bien sûr, qui est vraiment jolie. Son mausolée, évidemment, qui est vraiment impressionnant. Nous l’avons découvert dans le soleil couchant, ça fait son petit effet !

Enfin, il y a beaucoup de tavernes / pubs / cafés qui se revendiquent un lien quelconque avec Burns, et en général, ils le font savoir sur leur devanture. Il y a de quoi satisfaire un vrai Burns groupie !

dumfries ecosse

Le mausolée de Burns à Dumfries

On a failli ne pas le voir, mais c’est par la visite du mausolée de Burns, dans l’ancien cimetière de Dumfries, que nous terminons le week-end. Mort en 1796, Burns avait d’abord été enterré dans le cimetière St Michael, dans une petite tombe normale, dans un coin. Mais après quelques années, ses groupies ont décidé de lever de l’argent pour lui offrir une sépulture un peu plus voyante. Il déménage donc dans son joli mausolée blanc (on dirait un marabout, non ?) en 1817. L’histoire raconte que son cercueil a été déterré en très mauvais état. Les restes du poète ont été alors tranférés dans le sol du mausolée, avec ses deux fils décédés dans leur jeunesse. Plus tard, sa femme et d’autres enfants furent également inhumés dans ce mausolée.

dumfries ecosse

Le Big Burns Supper Festival

A l’occasion de la semaine d’anniversaire de Robert Burns, Dumfries organisait un grand festival en l’honneur de son poète fétiche, le Big Burns Supper Festival. Beaucoup d’événements culturels étaient prévus à cette occasion : concerts, one-man-shows, lectures, débats… J’aurais bien aimé voir le show Le Haggis, mais il a été vite complet. Des animations lumineuses avaient été mises en place au centre-ville également, sans que l’on en comprenne véritablement la logique – c’était d’ailleurs assez étrange de déambuler dans le centre-ville totalement vide, le samedi soir, et de voir des spots s’allumer, des ronds de lumière bouger sur les pavés…

La ville avait organisé une sorte de chasse au trésor, à faire à tout moment, « The Haggis Hunt ». Nous avons récupéré une liste d’indices à l’office du tourisme et puis, pas gênées pour un sou par notre grand âge, nous nous sommes lancées dans l’aventure. L’histoire était assez rigolote : un ukulélé a été volé par un haggis (oui, une boule de haggis vivante) au théâtre et il faut partir à la recherche de chaque haggis pour s’assurer qu’ils sont hors de cause. Les petits haggis étaient dissimulés dans les vitrines des magasins à travers toute la ville.

dumfries ecosse

Ni trop facile, ni trop dur, ce petit jeu nous a permis de visiter des coins de la ville vers lequels nous ne serions peut-être pas allées. C’était vraiment rigolo, sans prise de tête, et avec une bonne dose d’humour écossais : le coupable n’était autre que… Calvin Haggis. Oui, le célèbre Calvin Haggis. Dommage que ce petit jeu ne soit pas disponible toute l’année !

dumfries ecosse

L’un des plus vieux ponts d’Ecosse est à Dumfries

A Dumfries, il y a aussi des choses à voir qui n’ont rien à voir avec Burns. Si, si, promis ! La première que l’on voit, c’est certainement le magnifique pont de Dumfries. Il date du 15e siècle et serait l’un des plus vieux ponts d’Ecosse. Au pied du pont, la plus vieille maison de Dumfries abrite le petit musée de la ville. Pas de bol, il n’était pas ouvert lors de mon passage. Mais la maison est adorable et j’apprécie de passer un peu de temps sur ce pont, d’où on a une très jolie vue sur le centre-ville.

dumfries ecosse

J’aurais aussi beaucoup aimé visiter la Camera Obscura de Dumfries, qui fermait malheureusement trop tôt. Ce sera pour la prochaine fois ! De manière générale, j’ai trouvé le centre-ville agréable à visiter, même si certaines enseignes semblent sortir d’une autre époque et que les rues sont absolument vides en soirée.

dumfries ecosse

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mes bonnes adresses à Dumfries

De manière générale, ce que j’ai apprécié à Dumfries, c’est les prix relativement bas de la vie : 45 livres la nuit pour un appartement sur Airbnb pour deux (tous frais compris), 5 livres pour un fish and chips au pub… 2,50 livres pour un gin and tonic, ce qui est, pour certains, une bonne raison de déménager.

J’ai pris un très bon déjeuner dans le café du centre artistique de Dumfries, The Stove. On peut y goûter plusieurs soupes du jour, des sandwiches, des petits plats du jour… L’espace est très sympathique et très fréquenté par les locaux.

L’autre petit coin sympa pour déjeuner sur le pouce, c’est le petit café de Three Crown Street. C’est adorable, sans complications, les plats sont simples et bons. Petit bonus pour ceux qui ont envie de craquer sur une bonne glace, ici, on prend le sujet très au sérieux !

Par ailleurs, nous avons aussi tenté The Pancake Place : comme j’avais déjà déjeuné, j’ai commandé ce qui devait être un “spoon-size” pancake, une crèpe de la taille d’une cuiller. Je ne m’attendais pas à recevoir deux énormes pancakes, c’était vraiment très copieux. Service rapide et bonne sélection d’options !

dumfries ecosse

La ville regorge de petits cafés où s’installer pour le goûter. J’ai raté le Pumpernickel, fermé lors de mon passage, mais il avait l’air vraiment super chouette. A défaut, Kings était confortable, également, avec un bel espace.

Aller à Dumfries

La prochaine fois, j’aimerais visiter la région de Dumfries en voiture. Il y a beaucoup de très beaux endroits à visiter aux alentours et j’ai regretté de dépendre des bus de ville : nous devions aller à Ellisland, la ferme où Robert Burns a travaillé (pour assister à un concours de lancer de haggis, mais chut). Comme le bus n’est jamais passé, nous avons loupé l’événement !

Pour aller à Dumfries, j’ai pris un bus de la compagnie Stagecoach. C’est l’option la moins chère : 16,60 livres aller-retour depuis Edimbourg. Un aller simple en train peut coûter de 30 à 60 livres, ce qui est complètement fou. Si le bus est un peu long – 3 heures – le train prend tout de même 2 heures et il faut en changer à Carlisle. Finalement, j’ai préféré payer bien moins cher et passer une heure supplémentaire dans les transports…

Comme les routes sont étroites et qu’on passe de village en village, faire le trajet en voiture depuis Edimbourg prendra également deux heures. Mais au moins, on profite des magnifiques paysages !

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

Hébrides extérieures : Le mystère de la sirène de Benbecula

Avec North Uist derrière l’épaule, on est passés presque sans s’en aperçevoir...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *