There and back again : Balade dans les Borders

Pour vous parler des Borders, la région d’Ecosse qui borde la frontière anglaise, je vais me mettre un peu ce morceau en ambiance. Et je vous le partage tiens. Parce que les Borders c’est un petit peu la Comté. (Pas le Comté, LA Comté, the Shire, la contrée des Hobbits du Seigneur des Anneaux).

Mon premier contact avec la Comté, c’était il y a deux ans. On avait loué une camionnette pour le déménagement, et il a fallu traverser la Manche et toute l’Angleterre avec. La direction n’est pas compliquée à suivre, il suffit de suivre les panneaux THE NORTH.
La logique, quand on a dépassé Newcastle, c’est de continuer sur la côte, suivre l’autoroute le plus loin possible pour aller plus vite. Mais pour une raison pas forcément connue ni vraiment importante à connaitre, on est passé par la route direction Edimbourg, par la campagne, Jedburgh, les Borders.

Grand ciel bleu, collines verdoyantes à perte de vue, moutons en veux-tu en voilà, et petits murs en pierre par milliers. Comme si il y avait trop de pierres dans ce pays et qu’il fallait bien occuper les jeunes à faire quelque chose.
On est direct sous le charme. D’ailleurs, on ressent très vite le besoin de faire une pause pipi et ainsi marquer ce grand territoire de notre passage comme peuvent le faire trois mecs en road trip.

IMG_7082

Mais à l’époque, trop jeune et fou, et non encore investi de cette mission sacrée de guide touristique 2.0, ce n’était pas encore les Borders pour moi. C’était le sud de l’Ecosse. C’était les collines autour de la ville des Jedi (Jedburgh) (haha) (hihi). C’était la Comté. C’était ce petit arrêt avec les drapeaux Ecossais dans le vent et tout ce territoire qui se déroule sous tes pieds.
On y est repassé deux jours plus tard, pour le retour, puis 3 semaines plus tard pour l’emménagement.
Ensuite j’ai un peu oublié les Borders. Il y avait tout une ville et un pays à découvrir ou redécouvrir.

Ce n’est que récemment que l’on a décidé de se tourner vers les borders, Sarah, qui avait beaucoup aimé son passage à Melrose, nous l’avait bien recommandé, et je voulais voir la fameuse ruine d’abbaye de Jedburgh que j’avais croisé trois fois sans jamais m’arrêter.

Jour 1 : Jedburgh Abbaye, Melrose et Abbotsford House

IMG_3906

L’abbaye de Jedburgh est l’une des quatre grandes Abbayes des Borders, avec celle de Kelso, de Dryburgh et de Melrose. La plupart des murs sont toujours là, et c’est en la visitant que je me suis rendu compte que la construction de toits ne devait pas être la tasse de thé des Ecossais car on en voit beaucoup des ruines aux toits effondrés. Après c’est un pays où le vent peut parfois souffler fort. Et plus sérieusement, étant à 10 miles de la frontière avec l’Angleterre, et la plus grande ville entre Newcastle et Edinburgh, elle a été constamment attaquée durant son histoire.

IMG_3888 IMG_3898 IMG_3897

Melrose est un village tout mignon, au creux d’une vallée traversée par la Tweed, il est bordé par trois collines qui me rappellent la silhouette d’Arthur’s Seat et visibles depuis toute une partie des borders. On l’avait croisé en revenant du Northumberland.
C’est surtout cette colline qui m’appelle mais nous mangeons et on continue vers Abbotsford House.

Je ne vais pas faire doublons avec l’article de Sarah et ne vais vous raconter que deux choses que j’ai retenu de l’endroit, qu’on conseille vraiment.
Les moulures. Nombreuses dans toutes les pieces, des moulures de visages qui sont les répliques de celles de la fascinante Rosslyn Chapel au sud d’Edimbourg. Une partie du plafond du salon est aussi une réplique de celui de la chapelle, que l’auteur Walter Scott, ancien propriétaire de la maison, affectionnait particulièrement. Et nous aussi.

IMG_3919IMG_3916
Autre élément retenu, un texte de Sir Walter Scott, qui, récité en anglais dans l’audioguide, face à la vue de la river Tweed devant la maison, a apporté la poésie qui a fini de me conquérir lors de cette visite.

Merrily swim we, the moon shines bright,
Downward we drift through shadow and light.
Under yon rock the eddies sleep,
Calm and silent, dark and deep.
The Kelpy has risen from the fathomless pool,
He hath lighted his candle of death and of dool
Look, Father, look, and you’ll laugh to see
How he gapes and he glares with his eyes on thee!

On finit la journée en longeant la River Tweed en voiture de Tweedbank à Peebles, avec qu’une envie, celle de revenir se balader à pied le long de la rivière bordée par ces collines moutonnée, les bébés agneaux finissant, s’il y avait besoin, de nous attendrir.

Jour 2 : Scott’s View, Dryburgh Abbey et les Heidon Hills.

Après cette première journée riche en visite, j’avais envie de revenir dans les borders mais en marchant plus dans ces collines.
On se dirige donc vers Dryburgh Abbey qu’on avait laissé sur le côté en allant à Jedburgh. On croise le Leaderfoot Viaduct, un grand viaduc en brique proche de Melrose qui n’est plus en activité, on s’arrête voir la Scott’s View, une vue incroyable des Borders avec au centre, les Eildon Hills qui surplombent Melrose, la Tweed qui passe en bas, un pêcheur à la ligne, les petits bois et les collines. Trois hobbits farceurs… La vue habituelle en Comté. (Il me donne faim cet article).
Comme dit plus haut, les Eildon Hills, particulièrement vues de loin, rappellent la forme d’Arthur’s Seat, le volcan éteint au centre d’Edimbourg, et regarder ces grandes collines au milieu de nulle part donnent l’impression d’être revenu dans le passé et voir Edimbourg quand elle n’était qu’un village. En continuant, on passe à côté de la Wallace Statue.

IMG_3926Scott’s View
IMG_3928

Wallace Statue – L’Ecosse et tout ce qu’il y a en dessous

Dryburgh Abbey est une belle surprise. Elle aussi longe la Tweed, comme un peu tout ici, vous l’avez compris. Elle m’a marqué comme étant un bon endroit pour faire du Parkour déguisé comme le héros du jeu Assasin’s Creed. Une scène particulière de Game of Thrones m’est aussi revenue. Elle cache bien des secrets, des petites tourelles étroites qui tiennent encore et vous permettent d’admirer la vue, l’ancien cloître, et la tombe de Sir William Scott. Qui décidément était le Eddard Stark du coin. (Oui je fais des références).

 

IMG_3938 IMG_3942

Lecture intéressante à Dryburgh

Dernier arrêt, Melrose. Fin un peu plus loin en remontant la route qui longe les Eildon Hills. Enfin on les grimpe, et on profite de la vue et de nos amis les moutons.

Capture d’écran 2016-04-10 à 18.02.59

Capture d’écran 2016-04-10 à 18.02.13

« Il est fort dangereux, Frodon, de sortir hors de chez soi. On prend la route, et si l’on ne regarde pas où l’on met les pieds, on ne sait pas jusqu’où ça peut nous mener. »

Capture d’écran 2016-04-10 à 18.01.15

Capture d’écran 2016-04-10 à 17.59.26

Tao

Tao

Aime manger et fais des vidéos.
Tao
Written By
More from Tao

« C’est ici que vit J. K. Rowling »

Carnet #01 – Le départ Carnet #02 – Plongeon d’une nuit d’automne...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *