Edimbourg à pied : Canongate, les Meadows et le Musée National d’Ecosse

Mais alors ça fait longtemps qu’on s’est pas donné de nouvelles !? Comment ça va les explorateurs urbains !? Bien ? La famille ça va ? Et ta soeur comment elle va ?
J’ai beaucoup hésité sur le sujet de l’article du jour et après moult débats internes avec moi-même je me suis rendu compte que je vous avais complètement abandonné dans la ville lors de notre dernier article balade dans Edimbourg et que vous êtes certainement complètement perdus, sur l’avenue, le cœur ouvert à l’inconnu, avec l’envie de dire bonjour à n’importe qui.
Si je me rappelle bien, on s’est dit au revoir à trois endroits la dernière fois. A la sortie du Greyfriars Kirk sur Forrest Road, sur North Bridge et dans West End. Promis, un de ces quatre, je vous fait une carte animée de notre itinéraire si c’est pas clair.

Partie 1 : De Princes Street à Grassmarket
Partie 2 : West Princes Street Gardens et les alentours du Royal Mile
Partie 3 : Greyfriars Kirk, North Bridge, la West End et Dean Village.

Allez hop on y va, en route pour l’aventure, vous avez tout ? Tout le monde a bien fait pipi ?

North Bridge 

Je vous avais laissé face à un magnifique coucher de soleil sur North Bridge et je comprends que vous y soyez resté pendant deux mois, scotchés devant ce spectacle magnifique, mais il faut y aller, maintenant. Une partie du groupe veut aller sur Calton Hill (d’où il y a une belle vue) mais nous les rejoindrons la prochaine fois, parce que l’autre partie du groupe, on lui a parlé de Holyrood Palace et du bout du Royal Mile depuis la fin de la première partie de cette balade. LA PREMIÈRE PARTIE OKAYY!!? Donc ils sont un peu à bout, le suspens est trop fort, alors on part redescendre le Royal Mile.

Canongate 

Cette partie, c’est Canongate. Vous passez devant la boutique de Fudge en salivant, devant Raggamuffin et ses vêtements en laine originaux, des boutiques de whisky, des cafés comme le très local Starbucks, ou le salon de thé Clarinda’s Tea Room qui vous transportera dans le temps, le turc Cafe Truva – pour un thé pomme et une pâtisserie – vous tentera peut-être aussi. Vous croiserez aussi des pubs comme le No one High Street, mais aussi le Tolbooth Tavern, qui est situé dans une ancienne prison. Vous repérerez les barreaux aux fenêtres. Vous prendrez certainement une photo de l’horloge de la Tolbooth qui abrite désormais le People’s Story Museum. Mais aussi le World’s End dont le nom me permet de vous raconter une anecdote… et j’aime bien ça, les anecdotes.

World’s End… pour plusieurs raisons. D’abord parce que c’était autrefois le bout de la ville. Après la fameuse bataille de Flodden contre les Anglais, un mur a été construit autour de la ville, juste devant ce pub. On peut encore voir certaines traces sur les pavés. C’était donc « la fin du monde » pour les habitants. Juste en face se trouve le World’s End Close, petite ruelle qui était également la fin du monde de beaucoup de gens pauvres qui finissaient leur vie là, dans l’impossibilité de payer la taxe pour revenir dans la ville, mais en restant à l’intérieur des murs. Ce close s’est aussi appelé le Stanfield Close en l’honneur de James Stanfield, mort noyé en 1687, dont le fils a été finalement exécuté car le corps de son père a saigné lorsqu’il l’a touché. Signe suffisamment pris au sérieux pour le désigner coupable après avoir torturé ses servants jusqu’à ce qu’ils avouent. Sa langue fut coupée, sa tête mise sur un piquet à Haddington et les restes de son corps ont été pendus à des chaines entre Edimbourg et Leith. Pourquoi regarder Game of Thrones ?

Dernière anecdote avant de descendre en bas de cette rue, on peut aperçevoir la sculpture d’un Maure – on l’appelle l’Empereur du Maroc –  qui se trouve sur la façade du 265-267 aussi appellé Morocco Land. C’est là qu’au 17ème siècle, Andrew Gray (homme très nuancé, si l’en est) a fini sa vie après avoir fui l’Écosse où il avait été condamné pour avoir attaqué le doyen, une haute personnalité de la ville. Il s’est retrouvé esclave au Maroc mais a doucement monté les grades dans la cour de l’Empereur avant de revenir en Ecosse sauver la fille du doyen de la peste, l’épouser et vivre dans cette maison. True story. Enfin peut-être.

Et soudain. Enfin. Vous voila devant le Holyrood Palace, la résidence royale. Je ne mentionnerai même pas le Parlement écossais et son architecture … euh… singulière. Vous êtes tellement heureux de voir ce palais que vous dansez sur place. Le palais quoi. De la reine. Amazing.

A votre droite, Holyrood Park. Le volcan. Les Crags, ces falaises brunes, qui brillent rouges avec le coucher de soleil qui pointe vous appellent. Vous longez le château, vous vous promettez de prendre un goûter sur la terrasse du café du palais une après-midi d’automne pour voir le coucher de soleil sur les falaises, prenez en photo le palais au travers des grilles comme tout le monde, et vous vous ruez vers le parc.
On s’y retrouve la prochaine fois.
Mais voilà que je retrouve nos amis restés sur Forrest Road. Ils ont passé du temps entre les bons plats chez Mums et les violonistes du Sandy Bell’s, on le sait.
On continue donc en bas de la rue vers…

Les Meadows

En traversant Lauriston Place vous allez tomber sur une de ces Police Boxes que l’on trouve partout en ville. Vous savez ? Les Tardis de Doctor Who.

Celle ci a été repeinte en vert et aux couleurs du Brésil. C’est Tupiniquim. Les meilleures crêpes d’Edimbourg. Vous rencontrerez Fernando ou Gardenia qui vont proposeront des crêpes salées ou sucrées, avec ou sans gluten toutes aussi savoureuses les unes que les autres. Si on valide ? Ils ont fait la bouffe de notre mariage, ça vous va ?
Descendez la Middle Meadow Walk —attention aux vélos — déjà, il y a des étudiants partout. Au bout du chemin, s’il fait beau, il y a certainement quelqu’un qui fait de la musique. Et en face, s’ouvre le parc des Meadows devant vous. S’il fait plus de 14° il y a certainement pas mal de gens en train de faire des barbecues, de picoler (car c’est autorisé) au soleil. Peut être même des gens en train de jouer au Quidditch. Des joggers, des promeneurs de chien, des liseurs… De l’autre côté du parc, un autre, Bruntsfield Links, où il y a un petit golf.
D’ici, je vous propose deux choix : rejoindre Clerck Street, qui, si vous la remontez vers le Nord, devient Nicholson Street, puis North Bridge. Vous vous rappelez ? Il y a pas mal de boutiques, de bars, de cafés et de restaurants sur cette rue. Au hasard je vous cite la friperie Armstrong, le Festival Theater, le Tesco, le Greenmantle, notre pub préféré de cette partie de la ville, le Mosque Kitchen, très bon curry et très peu cher, le très boisé et estudiantin Black Medicine Coffee…. N’ayez pas peur et rentrez dans la cour du Old College, et prenez une tourte pas chère à The Pie Shop. Vous voilà déjà à Chambers Street. Il pleut. Abritez vous au National Museum of Scotland.
Autre possibilité, continuez tout droit vers le volcan et grimpez jusqu’au sommet d’Arthur’s Seat. C’est pas long du tout, il y a des parties assez pentues mais j’ai vu des étudiantes grimper en talon donc ça me semble jouable pour tout le monde. De là, une vue sur toute la ville pour retracer vos pas, nombreux, depuis le début de votre aventure, un coucher de soleil, certainement pas mal de vent, et une vue sur ce qu’il vous reste à faire. Et il nous en reste, des choses à voir, croyez moi.
Allez, bisous.

IMG_2291National Museum of Scotland

IMG_2305

Il y a pas que des squelettes d’animaux dedans mais je les trouve jolis. Suis-je normal ?

IMG_7684

Bruntsfield Link

IMG_0191Meadows en fleurs

IMG_0799 Tupiniquim

IMG_9543Si t’as la flemme de grimper jusqu’au sommet
IMG_9366

Si t’as un peu moins la flemme de monter jusqu’au sommet d’Arthur’s Seat et que tu aimes les points de vue alternatifs
IMG_8398

Si t’as une lampe torche pour la descente.

Tao

Tao

Aime manger et fais des vidéos.
Tao
Written By
More from Tao

Edimbourg : Double rainbow à Portobello [+ vidéo]

On s’était dit que ça serait sympa d’aller voir le soleil se...
Read More

5 Comments

    • Hello,
      la toute dernière a été prise sur le sommet d’Arthur’s Seat, sur une des pierres un peu plus hautes il y a cette plaque gravée avec (si je me rappelle bien) les villes autour et leurs distance.
      Elle est facile à rater parce qu’il y a souvent des gens là mais on ressent pas le besoin de monter trente centimètres de plus pour voir la vue 🙂

  • Edimbourg, et l’Ecosse en général, restera toujours un magnifique souvenir de voyage. J’ai tellement adoré l’ambiance de cette ville, si calme qu’on se croirait presque parfois dans un petit village. Et l’architecture, les paysages, l’histoire,… Pfiouu, une merveille ! Et tes photos retransmettent ça à la perfection !

  • Merci pour ces articles sur Edimbourg à pieds ! Avec mon conjoint, on ne s’est servi que de ça, sans autre guide, pour nos 2 jours à Edimbourg avant de rejoindre Skye pour 10 jours. On a pas eu le temps de tout faire ! Bien sûr on est tombés amoureux et bien sûr on reviendra, nous aussi.
    Et – oui – je rêve d’expatriation quand notre fille sera un peu plus grande !
    Merci pour votre super blog !

    • Merci de ton commentaire, content de voir que ces articles vous ont servi ! Haha le virus ecossais va vous contaminer vous aussi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *