Edimbourg à pied : West Princes St Gardens, et les alentours du Royal Mile

Seconde partie de ta première balade à pied à Edimbourg.
Où en étions-nous ? Je t’ai laissé à la fin de la dernière partie dans trois endroits possibles. Victoria Street, Candlemaker Row, Royal Mile ou Jardins de Princes street. Comment ça tu es encore au H&M ?
Je te sens curieux donc on va se balader tout près de ces endroits. Tout autour. On va tourner, se perdre dans les ruelles. Flâner. Marcher.

Partie 1 : De Princes Street à Grassmarket
Partie 2 : West Princes Street Gardens et les alentours du Royal Mile
Partie 3 : Greyfriars Kirk, North Bridge, la West End et Dean Village.
Partie 4 : Canongate, les Meadows et le Musée National d’Ecosse
Partie 5 : New Town et Calton Hill

Jardins de Princes St West

Parce qu’il faisait beau, et que tu n’aimes pas qu’on te dise ce que tu dois faire, tu n’as pas écouté mes conseils et tu n’as pas pris les Playfair Steps. Peut être as-tu été attiré par un des musiciens ou artistes de rue souvent présents sur la petite esplanade entre la Scottish National Gallery et la Royale Scottish Academy. Tu as décidé de remonter Princes St vers l’ouest, parce que tu voulais être plus proche du château mais aussi des magasins. Tu as repéré le Lush quand tu étais dans le bus de l’aéroport et il te faut absolument une boule de bain pour ce soir dans la salle de bain de ton appart Airbnb (affiliation ? Dites moi hein je débute).
Tu traverses la rue qui permet aux voitures mais à toi aussi, piéton, de remonter the Mound (tu te rappelles ? La motte de terre artificielle qui coupe le jardin en deux et lie vieille et nouvelle ville) (et revenir à l’itinéraire page 32) et arriver jusqu’au Royal Mile niveau pont George IV (page 57). (Le coup des pages c’est parce que dans la partie 1 j’avais parlé du fait qu’on était un peu dans un roman dont vous êtes le héros, rappelle-toi, c’est très drôle) (s’il y a moyen de faire des ancrages et liens ça peut marcher aussi tiens)
Et te revoilà dans les jardins de Princes St. Mais cette fois, la partie Ouest. La vraie. Celle que les touristes oublient souvent de visiter parce qu’ils ont fait comme les lecteurs trop crédules de la première partie, et sont remontés trop vite, trop tôt, vers la vieille ville. Ta première récompense c’est cette petite maison cachée juste à l’entrée du parc, sous la rue. The Greenskeeper’s Cottage. Elle a son petit jardin. Elle pourrait être en plein milieu de la campagne écossaise ce serait pareil. Tu la regardes et soudain tu oublies tout. La rue, le monde, les bus, ce connard avec sa cornemuse. Tu es protégé, loin de tout ça. Et là tu découvre le jardin. Il est grand. Beaucoup plus grand que l’autre. Plus de trois fois plus grand. Il n’a quasiment qu’un niveau, tout en bas. C’est le jardin des familles. Beaucoup plus calme. Sous le château. Il y a une scène et des gradins, Ross Bandstand, principalement exploité au moment du festival et de Hogmanay, un pont qui passe au dessus des voies ferrées et qui t’offre une balade dans une nature plus sauvage, les hautes herbes, les hauteurs. Tu vas grimper juste sous les falaises du château. L’un de ces chemins te ramènera page 32. Tu t’en souviens oui. Directement en haut de The Mound.
Tu es très ému parce que c’est ta première balade dans la « nature » en Écosse et c’est là que l’évidence te frappe. Le secret de beauté de cette ville. Tu es au centre du centre du centre-ville. En train de grimper des chemins de terre, les herbes hautes autour de toi, à l’horizon tu vois la mer et les collines de Fife au loin. Tu en oublierais presque la ville. En baissant un peu le regard, tu vois le Scott Monument (page 6) sur Princes Street. Et le rassurant rouge du logo H&M. C’est ça Edimbourg. Hé oui. Allez assieds-toi deux minutes y a un banc.

Tu redescends dans le jardin. Ton jardin. Tu envisages très sérieusement de te renseigner sur comment avoir toi aussi une plaque à ton nom sur un des bancs de ce jardin. Tu vas demander des chips and cheese et les manger dans l’herbe en admirant la superbe contre plongée que tu as de sous le château. Et là l’appel est trop fort. Un cimetière. Celui de la Parish Church of St Cuthbert. Oui oui va prendre des photos. #cemeterylover. De l’autre côté tu arrives sur Castle Terrace. Prends à gauche sur Kings Stables Road, tu vas récupérer le lecteur têtu qui a préféré s’aventurer vers le second pont du jardin après sa frite sans fromage. Continuez et vous rejoindrez les impatients de la page 88 à Grassmarket. J’arrive.
Tu commenceras à noter que cette construction complètement anarchique sert à mettre en lumière le fait qu’il y a mille chemins à prendre et qu’ils ont tous leur intérêt particulier. Perds-toi amie. (oui tiens, pourquoi toujours parler à un lecteur type de genre masculin.)
Voilà tu as traversé le jardin mais les cimetières c’est pas ton truc. Tu ressors sur Princes St. En remontant dans la rue tu ne manques pas la statue de Gérard Depardieu, plus connu ici sous le nom de James Young Simpson.
Devant toi, la West End. Mais.. On y reviendra plus tard.

Autour du Royal Mile

De retour page 49. Tu avais choisi de prendre le Royal Mile. C’est tout à ton honneur. Tu as exploré quelques Closes.
Milnes Court, qui t’as ramené au Mound. Ou alors les aurais-tu empruntés dès le départ pour arriver sur le Royal Mile ? En snobant mon itinéraire des Ramsay Gardens ? Tu as décidé de longer North Bank Street et prendre un verre là pour profiter de la vue plongeante sur Princes St et l’horizon, et son orientation parfaite pour les coucher de soleil. Plutôt que de rebifurquer vers le Royale Mile voilà que tu te prends à emprunter The Newsteps. Ces escaliers qui t’ont paru être une invitation à une nouvelle aventure. Ils t’emmènent vers Market street, qui descend elle-même de The Mound vers Waverley Bridge. Là où tout a commencé. Page 1.
Mais tu as de sacrées bonnes jambes alors tu ne t’arrête pas là. Insert a coin. New game. Tu prends la rue que beaucoup de touristes prennent très naturellement en sortant du bus pour aller vers la vieille ville. Une de ces rues en colimaçon qu’on aime tant dans cette ville. Une rue pleine de boutiques vintage sympas, de petits pubs et restos mignons. Une rue dont tu te rappellera très facilement le nom. Cockburn Street. Prononces Co-burn par pitié. L’autre choix était de remonter en prenant Warriston Close. L’un des plus connus. Et des plus hauts. Ironiquement en remontant les marches, tu riras en croisant le restaurant Zizi. Pas très loin de Cockburn. Zizi, cock… Perso je trouve ça hilarant.

 

Pour reprendre ton souffle, retourne-toi et fait semblant d’admirer la vue et de t’appliquer à prendre ta photo. On a tout le temps.
Une fois en haut, redescends ( je suis sadique –elle va faire du bien la boule à bains de chez Lush– ) le Royal Mile jusque North Bridge. Prends un verre au Inn on the Mile. Je te rejoindrai par là.

George IV Bridge

Ami de Grassmarket, tu as aimé Victoria Street ? Sympa hein ! Bienvenue sur le George IV Bridge. Comme la plupart des ponts de la ville, tu remarqueras qu’en te penchant tu aperçois des rues sous le pont. Cowgate par exemple dont je t’ai parlé la dernière fois.
D’ailleurs au-dessus de Victoria Street tu vois un second étage. Tu peux y accéder maintenant et te poser à une terrasse pour voir les rayons du soleil réchauffer les façades de Grassmarket. Oui c’est une ville de souterrains, d’étages, de couches. Et admets-le, it grows on you.
Rapidement, à faire sur le pont : la National Library, la Central Library. Dans la première souvent des expos, dans la seconde, la vraie, va au dernier étage. Vieille bibliothèque, vieux bureaux ou des étudiants révisent. Ça me rappelle The Skulls.
Évidemment tu vas passer devant The Elephant’s House. Le café ou J. K. Rowling a écrit les premiers Harry Potter. Tu feras peut être comme moi et ne pas rentrer dedans tout de suite parce que y aurait trop de touristes et de balais et baguettes magiques à ton goût. Mais aussi surprenant que ça puisse te paraître : il faut chercher pour trouver les photos de l’auteur. Aucun indice apparent de la série à succès. Pas un seul élément de merchandising. Il n’y a que le panneau en façade qui peut te rappeler que c’est THE café. Et pour trouver le sanctuaire des fans, c’est un peu plus loin. Dans les toilettes, que tu trouveras des graffitis de fans partout sur les murs. Finalement ce que l’on voit le plus dans ce café, très bizarrement vu son nom, ce sont les éléphants. Partout. Déco très sympa un peu Rudyard Kipling (qui a certainement un lien avec la ville. J’ai pas encore franchement trouvé lequel.) mode livre de la jungle. Et accessoirement une très belle vue du château depuis la salle arrière.
Descendez George IV Bridge et arrêtez-vous devant la statue du petit chien. Bobby. A votre gauche c’est le Musée National. A votre droite nos amis de Grassmarket qui avaient choisi de remonter Candlemaker Row. Ils se sont arrêtés à Under the stairs j’imagine. Petit resto/bar en sous-sol avec feu de bois.
Ensemble on va rejoindre la prochaine étape.
Greyfriars Kirk.
Mais ça, c’est pour la partie d’après.

West Princes Street Gardens
IMG_8564
IMG_8571
Toilettes de The Elephant’s House
IMG_1532
IMG_1533
IMG_1531

Tao

Aime manger et fais des vidéos.
Tao
Written By
More from Tao

On a testé les Highland Games

Le point de départ de cette histoire, c’est un pot de Quaker...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *