Découvrir Edimbourg en 3 jours : le programme parfait

A quelques mois du quatrième anniversaire de ce blog, je réalise un truc : je n’ai pas cet article classique que tous les autres ont, qui déroule tout simplement mon programme parfait à Edimbourg. A l’occasion de la sortie du nouveau guide Un Grand Week-End à Edimbourg chez Hachette au printemps 2019, et de celle du tout nouveau Guide Evasion Ecosse, je vous propose un programme qui n’attend qu’à être adapté à vos envies les plus folles. N’hésitez pas à ajouter vos propres recommandations en commentaires ! Cet article complète cette liste de suggestions pour découvrir Edimbourg de fond en comble.
Pour compléter cet article, jetez également un oeil à « Notre Edimbourg gratuit« , c’est toujours utile !

Jour 1 à Edimbourg : Old Town et Arthur’s Seat

Après une demi-journée passée dans les transports – heureusement, vous aviez pris votre ticket Airlink 100 en avance, vous permettant de simplement sauter dans le bus bleu vers le centre-ville d’Edimbourg – et un petit tour de reconnaissance dans le quartier qui sera le vôtre pendant trois jours, vous vous réveillez à Edimbourg. Le soleil brille – ou peut-être pas – mais qu’importe : vous avez la pêche.

Pour dégourdir vos jambes et embrasser pleinement la ville, vous décidez de faire l’ascension de Arthur’s Seat, l’ancien volcan qui domine la ville. Eh oui ! Il y a 300 millions d’années, vous seriez là dans un océan de lave. La colline d’Arthur’s Seat est le coeur de basalte restant d’un immense volcan, tout le reste ayant été érodé par le temps et la glace. Si vous ne vous sentez pas d’aller tout au sommet (compter une grosse heure depuis le pied du volcan, côté Holyrood Palace), vous aurez une vue tout aussi magnifique en vous promenant sur les Salisbury Crags, les falaises que vous apercevez au premier plan. Bref : suivez les marcheurs et les coureurs.

Au sommet, vous découvrirez une vue circulaire sur toute la ville d’Edimbourg et vous comprendrez en un clin d’oeil ce qu’est Old Town, la vieille-ville dominée par le château d’Edimbourg, New Town, le quartier aux avenues parallèles dessinées à la fin du 18ème siècle, Leith qui dévale vers le port, le fleuve du Forth, la région du Fife sur l’autre rive… On ne peut rêver d’une meilleure introduction.

Il fait moche et vous ne voulez pas marcher dans la gadoue ? Alternative : Calton Hill, tout près, où les chemins sont en macadam et où vous aurez une vue circulaire tout aussi intéressante.

Le Royal Mile, épine dorsale du centre-ville d’Edimbourg

Après cette petite mise en jambe, plusieurs options s’offrent à vous sur le Royal Mile, l’avenue qui serpente depuis le Palais de Holyrood jusqu’au château d’Edimbourg. J’ai déjà fait un article spécifiquement sur le Royal Mile, selon votre budget. En remontant ce boulevard historique, vous n’avez que l’embarras du choix : avez-vous envie de découvrir la vie quotidienne de Marie Stuart en visitant Holyrood Palace ? Etes-vous un féru de politique ? Si oui, ne loupez pas le Parlement Ecossais, dont la visite est gratuite. On peut même assister aux débats, lorsqu’ils ont lieu !

Quoi qu’il en soit, ne loupez pas les closes : environ 70 ruelles strient le centre-ville, telles les arrêtes d’un haddock. Certains sont privatisés, les autres vous mèneront vers des découvertes insoupçonnées. En montant vers le château, ne manquez pas d’identifier la « John Knox House », qui porte le nom du grand prédicateur protestant écossais qui a lancé la réforme en 1560. La maison n’a probablement jamais appartenu à ce monsieur, mais tant pis, au moins, cette rumeur a permis de protéger cette bâtisse, venue tout droit des années 1550 juste pour vous !

Un peu plus haut, la cathédrale Saint-Gilles (qui n’est en fait pas une cathédrale, la blague continue) vaut également un coup d’oeil. Prenez le temps d’observer ce qu’il y a autour de vous, vous ne serez pas déçu. Vous êtes là au coeur politique d’Edimbourg, entre églises, tribunaux, anciennes prisons… Avez-vous vu la Mercat Cross et sa fière licorne ? Je vais vous en reparler plus bas mais… Si vous voulez être guidé, en français, dans ce centre-ville si riche et si mystérieux, pourquoi ne pas réserver une visite guidée ? J’ai réuni sur une page une sélection de guides francophones absolument géniaux : les suivre lors d’une visite guidée peut vraiment vous faire voir la ville différemment.

edimbourg edinburgh

Ah oui ! Avez-vous remarqué que ce Royal Mile est divisé en plusieurs sections ? Canongate, High Street, Lawnmarket, Castlehill… Vous arrivez à présent aux alentours de Lawnmarket, où vous verrez tous mes closes préférés : Lady Stair’s Close, Riddle’s Court, James Court… Et au sommet, enfin, le château d’Edimbourg. J’ai récemment écrit un article pour vous aider à choisir entre le palais de Holyrood et le château d’Edimbourg. Mon conseil ultime serait « si vous visitez le château, allez-y  tôt le matin, et prenez le temps, car ce serait dommage de griller le coût élevé du ticket en seulement une heure ».

Du côté de Greyfriars, le plus beau cimetière d’Edimbourg

A quelques encablures, le lieu à ne vraiment pas manquer est le cimetière de Greyfriars. Créé au 16ème siècle, ce cimetière fut construit sur un ancien monastère franciscain. Il est ouvert 24h sur 24 et il est absolument merveilleux ! Que vous aimiez les histoires de fantômes, que vous soyez un fan de Harry Potter ou que vous aimiez simplement l’histoire et les beaux cimetières, vous allez adorer. Une fois dans les parages, pourquoi ne pas aller se promener dans le parc des Meadows, s’il fait beau, ou faire un tour dans le fantastique National Museum of Scotland ? C’est gratuit et absolument génial !

Si vous voulez en savoir plus sur le côté sombre de la ville d’Edimbourg et en visiter ses souterrains, jetez un oeil à cette visite guidée en français, qui vous fera frissonner.

Et voilà, c’est déjà la fin d’une journée mémorable. Si vous êtes un petit groupe et que vous avez envie de jouer un peu, sachez que j’ai récemment écrit un jeu de piste qui se déroule majoritairement dans Old Town et qui passe par pas mal d’endroits évoqués. Ce jeu peut devenir votre fil rouge, sur les traces d’un Ecossais pas comme les autres : Patrick Geddes !

Si vous cherchez des idées où manger, je vous recommande la très bonne liste du guide Un Grand Week-End à Edimbourg, qui est super complète et propose des lieux vraiment bien. Sinon, j’ai aussi quelques adresses listées ici, mais je dois dire que cet article mériterait une bonne mise à jour !

C’est la fin d’une première belle journée, bien riche. Si vous êtes malins, vous avez compris que je vous donne là bien plus de choses à faire qu’il n’est possible de voir en une journée. Faites vos choix, prenez votre temps, et surtout, surtout, ne m’écoutez pas 🙂

Jour 2 à Edimbourg : New Town, Stockbridge et le jardin botanique

Deuxième matin à Edimbourg ! Déjà ! Mettez de bonnes chaussures, car aujourd’hui, vous allez encore beaucoup marcher, peut-être même plus que la veille. Aujourd’hui, vous allez plonger dans l’Edimbourg élégant et parallèle de New Town, la nouvelle ville. A la fin du 18ème siècle, alors que la situation politique de la Grande-Bretagne est finalement pacifiée – en 1707, le Parlement écossais ferme et tous les pouvoirs sont réunis à Londres – il est temps de faire tomber les fortifications de Old Town et de, enfin, faire grandir dans l’espace la ville d’Edimbourg. Ce sont les élites, les premières, qui réclament un espace à elles : à l’heure du mouvement des Lumières, alors que toute l’Europe bourgeonne d’idées novatrices, Edimbourg aussi veut jouer un rôle. Les plans de l’architecte James Craig récoltent tous les suffrages et on se lance dans la construction de ce quartier, tracé à l’équerre, où tout rappelle la grandeur de l’Empire britannique. Un bon nombre d’Ecossais, faisant fortune dans le commerce triangulaire, s’investissent dans New Town et ses développements du début du 19ème siècle.

Pour comprendre tout ça en une visite, le mieux est certainement de visiter The Georgian House, sur Charlotte Square. Cette maison a appartenu à la famille Lamont et vous montre à quoi ressemblait la vie des élites écossaises à cette époque. Elle se trouve dans un fantastique ensemble dessiné par Robert Adam et bâti en 1790. Au delà de ça, il est bien agréable de se promener sur George Street et Queen Street, qui font partie de la New Town initiale. Vous remarquerez vite qu’aujourd’hui, New Town est prise d’assaut par les magasins chics, les bars branchés…

Du côté de Princes Street, il ne faut pas manquer le Scott Monument, dédié à Sir Walter Scott, le romancier, poète et avocat qui a défendu l’identité écossaise corps et âme. Vous pouvez monter au sommet si ça vous dit. Tout près, Calton Hill vous tend les bras : grimpez la colline pour découvrir une fantastique vue sur le quartier et les alentours. Vous pouvez également monter au sommet du Nelson Monument. Ca me rappelle que j’avais fait un « article battle » entre ces deux monuments à escalader ! 

Laissez à présent New Town derrière vous et dirigez vous vers Stockbridge, en passant, idéalement, par Circus Lane, l’une des rues les plus mignonnes et les plus photogéniques d’Edimbourg. Si c’est dimanche, suivez les clameurs du marché de Stockbridge, qui a lieu au square de Saunder’s Street chaque dimanche dès 10 heures. Sinon, laissez-vous charmer par les devantures colorées des charity shops et des petites galeries indépendantes.

Si vous avez envie d’une petite balade, vous pouvez descendre sur les rives de la rivière Water of Leith, et partir soit vers Dean Village (un petit quartier également très photogénique) et les galeries d’art moderne, soit vers le jardin botanique.

jardin botanique edimbourg

Et justement, le jardin botanique, c’est un petit bijou à ne pas manquer, surtout à la belle saison. C’est gratuit (seule l’entrée des serres est payante, £7) et iiiiimmense. Seul truc à garder en tête : il ferme vers 17h. Le jardin botanique d’Edimbourg a été déplacé maintes et maintes fois mais a élu domicile ici, près du parc d’Inverleith, dans les années 1820. Depuis, on y fait beaucoup de recherche en botanique et on y garde précieusement l’une des plus grandes collections de plantes et de graines d’Europe. C’est fascinant !

En sortant du jardin botanique, pourquoi ne pas retourner vers Stockbridge pour un petit apéro ? Vous verrez que de nombreux pubs prennent vie à partir de 17 heures. Et vous l’avez bien mérité.

Jour 3 à Edimbourg : Prendre le large en bus

Dans la vraie vie, vous allez sans doute vouloir passer un peu plus de temps dans la vieille ville ou la nouvelle ville, vous reposer, faire quelques achats, récupérer de la gueule de bois de la veille… Mais imaginons un instant que vous avez réussi à tout voir et que vous en voulez encore plus (ou alors que vous êtes là en réalité pour quatre jours ou plus, ce qui serait une merveilleuse idée, entre nous). Pour votre troisième journée thématique, je vous propose d’acquérir un ticket de bus à la journée, un « Day Pass », au tarif très abordable de quatre livres par adulte. Avec ce macaron magique, vous allez pouvoir emprunter tous les bus de la ville ! Pour s’en sortir, je vous conseille d’utiliser l’application « Bus & Trams Edinburgh » pour vous repérer et consulter les prochains passages.

Vous pouvez commencer la journée en mettant le cap sur Portobello (bus 26 en partant du centre-ville), notre jolie petite plage victorienne. On y trouve de nombreux cafés, et c’est vraiment parfait pour y prendre le petit-déjeuner, par exemple. Ici, seuls les habitués se baignent vraiment. Les autres profitent de la plage pour se promener, bouquiner, se relaxer… J’aime particulièrement aller manger une part de gâteau au Beach House Café ou déjeuner à l’Espy. La plage est longue, et le coeur de Portobello également mignon, avec plusieurs charity shops, ces boutiques de seconde main absolument craquantes.

Autre idée plage : Cramond ! Au Nord-Ouest de la ville, cette plage est connue pour son petit îlot accessible à marée basse. Parfait pour une petite balade au milieu des ruines de bunkers défensifs, érigés là lors de la Seconde Guerre Mondiale. Le bus 41 vous mènera jusqu’au centre du petit village, où vous trouverez aussi quelques pubs. Très agréable ! Si vous aimez les beaux manoirs, prévoyez également une visite à Lauriston Castle.

En soirée, sautez dans les bus 7, 16, 14, 22 ou que sais-je pour aller découvrir Leith, le quartier du port. En allant jusqu’à Ocean Terminal, vous pouvez visiter le Britannia, le dernier yacht royal, amarré à Edimbourg pour toujours. On y apprend des belles sur la reine Elisabeth II et sur ce bateau pas comme les autres. Mais honnêtement, il faut être un minimum intéressé par l’histoire pour y passer un beau moment. Sinon, je vous recommande grandement de vous balader au hasard autour de The Shore, l’ancien port, aujourd’hui condamné et bordé de cafés et restaurants qui ont un peu la classe. Leith est un quartier résolument populaire, mais en pleine gentrification. Si vous avez aimé Trainspotting, vous êtes là sur les terres de Renton, Begbie et leurs copains.

leith edinburgh

Allez, je vous donne un autre petit trésor accessible par bus : Rosslyn Chapel ! Ce petit bijou médiéval se trouve au sud d’Edimbourg, il faut compter environ 30 minutes de trajet. C’est une église qui ne ressemble à aucune autre du fait de ses milliers de fines sculptures. C’était une chapelle privée construite pour la très catholique famille Sinclair, puis abandonnée après la réforme protestante de 1560. Elle fut remise au goût du jour au 19ème siècle et recèle de mystères (demandez à Dan Brown, l’auteur de Da Vinci Code, qui a tout bonnement décidé que c’est à Rosslyn Chapel que se cachent quelques reliques de Jésus).

Faire une visite guidée en français à Edimbourg

Allez, j’en remets une couche : si vous voulez apprendre des choses sur Edimbourg tout en passant un bon moment, faites une visite guidée en français ! Cela ne vous coûtera pas plus cher qu’une visite au château d’Edimbourg, à Camera Obscura ou à Holyrood Palace mais peut-être que vous en garderez plus de souvenirs et d’impressions. Si vous êtes un groupe suffisamment grand, vous pouvez même opter pour une visite privée, rien qu’à vous. Je fais des visites guidées en français depuis 2017 et l’an prochain, je serai enfin titulaire du Blue Badge, la seule formation reconnue en Ecosse. Mettre un pied dans ce milieu m’a permis de rencontrer une tonne de gens passionnés et doués.

Toutes les possibilités de visites en français sont réunies sur cette page, mais laissez-moi vous en dire un peu plus :

  • Vous pouvez en apprendre plus sur les liens étroits entre Harry Potter, J.K. Rowling et Edimbourg lors d’une visite avec Julian, Katia ou moi-même : on se balade dans la vieille ville avant de terminer dans le cimetière de Greyfriars, où de nombreuses pierres tombales nous rappellent étrangement quelques personnages de la saga Harry Potter. Nous sommes tous les trois fans du monde de Harry Potter depuis qu’on est petits et c’est un honneur de vous révéler tous les secrets magiques d’Edimbourg !
  • Vous pouvez faire une visite historique avec Karine et son équipe : Old Town ou New Town, selon les envies ! Karine propose également des visites adaptées aux enfants, avec déguisements, évidemment !
  • Marie de Cobble Tales est une spécialiste de l’architecture écossaise. Elle vous propose une visite guidée architecturale pour tout comprendre du développement du centre d’Edimbourg, du Moyen-Âge à nos jours. Passionnant.
  • Nicolas Loisel est un guide francophone fantastique, qui a eu une idée géniale : proposer des visites guidées en Tesla, autour d’Edimbourg et même plus loin, pour voir Edimbourg et sa région sous un angle différent. C’est vraiment une expérience hors du commun, que je vous recommande. J’avais visité la région de l’East Lothian en Tesla avec Nicolas, j’avais adoré !
  • Si vous souhaitez faire une excursion en mini-bus dans les Highlands, la société Hautes Terres d’Ecosse propose plusieurs départs par semaine. Je vous recommande la visite « Coeur d’Ecosse » afin de passer le maximum de temps à l’extérieur. J’adore la région du Loch Lomond, plus proche et plus jolie, à mon goût, que le Loch Ness…

A venir très bientôt sur la page des visites guidées en français

  • Des visites dégustatives autour de la bière écossaise, en français ! Si ça vous intéresse, envoyez un email à sarah@frenchkilt.com et je vous mettrai en contact avec Scot Beer, une entreprise géniale qui organise des visites guidées où l’on apprend des choses tout en buvant de la bière ! Que demander de plus ?
  • Une visite des cimetières d’Edimbourg, à la chasse aux fantômes. Edimbourg et ses multiples souterrains est une ville appréciée des touristes, mais aussi… des fantômes en tout genre. Glaçant.

En français, mais ailleurs en Ecosse :

  • Une visite guidée historique de Glasgow avec ma collègue Aurélie, qui saura vous montrer en quoi la plus grande ville d’Ecosse mérite attention, surtout quand on est amoureux des arts.
  • Une visite en français sur le thème du street-art à Glasgow, Dundee ou Aberdeen. C’est un aspect peu connu de la culture écossaise mais qui bouge énormément. Gardez un oeil sur French Kilt, vous en entendrez bientôt beaucoup parler !

Sarah

Journaliste de formation, je me suis installée en Ecosse à l'été 2015. Au programme : des rencontres, des belles histoires et des kilomètres de route. Pour rendre tout ça possible, je travaille le matin dans une jolie petite auberge de jeunesse et j'écris l'après-midi...
Sarah
Written By
More from Sarah

Découvrir l’Ecosse en train

Très développé, peu cher quand on s’y prend en avance, le réseau...
Read More

1 Comment

  • Je vais devoir y retourner, du coup, quel dommage ! (non)
    Nous y sommes allés 4 jours fin avril et si n’avoir pas été à Cramond était mon regret n°1, je peux ajouter à la liste le cimetière… J’ai l’impression que j’aurais pu rester 3 mois à Edimbourg sans m’ennuyer une seule seconde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *